Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Des bilans lourds malgré de bonnes exportations

Malgré l'allègement de stock promis par FranceAgriMer et la bonne activité à l'export, les prix du blé stagnent. Le maïs souffre pour sa part de la pression de l'offre et d'une perspective de stock report record.

Depuis notre dernière chronique, ont été publiés le rapport de l'USDA qui a revu en hausse la production mondiale de blé et surtout le stock, porté à 197,5 millions de tonnes (Mt), – ce qui n'a évidemment pas poussé les cours mondiaux vers le haut – et les bilans prévisionnels de FranceAgriMer qui, eux, allègent considérablement (-710 000 t) le stock de report national. Celui-ci reste néanmoins à un niveau suffisamment élevé, 3,62 Mt, pour que la réduction n'ait pas provoqué de mouvement haussier. On doit cet allègement du stock à une réévaluation de l'export pays tiers de 1 Mt, à 9,8 Mt, soit 1,8 Mt supérieur à celui prévu en début de campagne au vu de la qualité hétérogène de la récolte française. Mais les exportateurs français ont bien travaillé, trouvant des acheteurs au grand large pour écouler, selon les estimations de FranceAgriMer, 500 000 à 700000 t de blé fourrager. Si ces exportations ont permis de sortir un bon volume et surtout d'alléger des stocks, elles sont inférieures en valeur, même si les cours du blé fourrager se sont nettement revalorisés (170 euros rendu Rouen), resserrant la fourchette avec le blé standard. Si les marchés à terme ont connu durant ces 15 derniers jours des fluctuations parfois contestables, le marché physique s'est montré relativement stable entre 177-179 euros.

Le blé dur est descendu de ses sommets passant de 420/450 euros, rendu port La Nouvelle il y a encore 2 mois, à 350/360 euros aujourd'hui, dans un marché devenu quasi inexistant, ne comportant que des produits de qualité inférieure. L'écart de prix avec le blé tendre a été exceptionnel cette campagne ; il a provoqué une progression de l'ordre de 15 % des surfaces (voir en page 20). Il en ressortira théoriquement une augmentation de production et le retour à des prix plus réalistes, mais suffisamment attractifs pour le producteur pour confirmer la reprise qui s'amorce.

Décrochage de l'orge fourragère

Malgré la demande du client chinois, les cours de l'orge fourragère accusent un décrochage ces derniers jours, à 168/169 euros rendu Rouen. Au 10 février, 1,75 Mt d'orge ont été chargées dans les ports français, soit 25 % de plus qu'il y a un an. En revanche, la situation du maïs est difficile. FranceAgriMer annonce un stock record de 4,15 Mt, après une récolte record et malgré une bonne demande de la part des fabricants d'aliment du bétail, et une révision en hausse des ventes à l'UE portées à 6,3 Mt. Car, malgré la pression de l'offre ukrainienne, le maïs français parvient encore à s'écouler sur le nord et le sud de l'UE… Mais à quel prix ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

 © Max Havelaar
Le cacao sombre

Le cacao a été malmené sur les marchés cette semaine, les investisseurs s’interrogeant sur le déséquilibre généré par une…

La chute des cours du colza se poursuit
L’épidémie de Covid-19 affecte la demande planétaire en pétrole, faisant chuter les prix sur les places de Londres et de New York…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio