Aller au contenu principal

Dégâts en vue, prix en hausse

La perspective, bien que non chiffrée, d’une réduction de la récolte en France et à l’est de nos frontières, relance une tendance haussière qui s’était atténuée la semaine dernière en l’attente du nouveau rapport de l’USDA, paru le 9 mars.

Période du 8 au 13 mars. Le marché reste profondément marqué, à tort ou à raison, par l’éventualité d’importants dégâts consécutifs à la période de froid sur les cultures de blé tendre. Rappelons qu’Arvalis, Institut du végétal, a confirmé la semaine dernière des dégâts notables, mais non chiffrés, dans les régions Bourgogne et Champagne-Ardenne notamment. Comme nous l’indiquions, certains observateurs vont plus loin dans leurs estimations de surfaces et l’un d’entre eux, Agritel, se risque à annoncer une baisse de récolte de blé de 1,9 million de tonnes (Mt). À cette période de l’année, ce type de prévisions est hasardeux, parce que fondé sur des surfaces « estimées » et des moyennes de rendements antérieurs, ce dernier facteur de production étant imprévisible ; il suffit de se rappeler la récolte 2010 : entre les prévisions de juin et la réalité de la moisson, les chiffres avaient augmenté de quelque 3 Mt.

Un rapport USDA sans grandes surprises

Quoi qu’il en soit, la perspective, même non précisée, d’une réduction de la récolte en France et à l’est de nos frontières relance une tendance haussière qui s’était atténuée la semaine dernière, en l’attente de la parution du nouveau rapport du département américain de l’Agriculture (USDA). Un rapport en définitive sans grandes surprises, qui confirme les récentes prévisions en baisse de la production  de soja et de maïs sud-américaine. La production brésilienne de soja est estimée en forte baisse (voir page voisine), comme la production argentine. Sans surprise non plus, la production mondiale de blé est prévue au niveau record de 694 Mt, mais le stock final est revu en baisse de 3,5 Mt, à 209,6 Mt, en raison de l’augmentation de la consommation et des échanges. La production mondiale de maïs est modestement revue en hausse à 865 Mt, et la prévision de stock final abaissée de 820 000 t, ce qui intervient à la marge dans un stock total estimé à 124,5 Mt, dont 20,6 aux États-Unis. Ce rapport de l’USDA rejoint, dans ses grandes lignes, celui du Conseil international des céréales (CIC) commenté dans notre dernière chronique, et ne bouleverse pas les fondamentaux, même si nombre d’opérateurs et d’intervenants considèrent que le département américain de l’Agriculture a minimisé la baisse des stocks de maïs et de soja.
Comme indiqué la semaine dernière, la fermeté est aussi consolidée par le déficit hydrique en Espagne et en Afrique du Nord avec la perspective de recours accru de ces régions à l’importation, qui contribue aussi à la tension des cours de la prochaine récolte. Mais, déjà les chargements dans les ports vers le Bassin méditerranéen s’accélèrent ; pour la période du  1er au 8 mars, 144 000 tonnes de blé ont été chargées à Rouen à destination du Maghreb, dont 55 000 pour le Maroc. On notera cependant que l’Ukraine vient de vendre 300 000 tonnes de blé à la Syrie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cette infographie est initialement parue dans notre magazine mensuel de septembre
[Infographie] Pourquoi tant de pénuries alimentaires en 2022 ?
Certains rayons sont vides et les consommateurs craignent les pénuries de plusieurs produits alimentaires. Pour les magasins, les…
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Le prix de revient des gros bovins a fortement progressé au premier semestre, dopé notamment par la hausse de l’énergie.
Energie : les industriels laitiers craignent pour la continuité de leurs activités
La Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) appelle le gouvernement à mettre en place rapidement un bouclier tarifaire…
Combien l’Europe a perdu de bovins et de porcs en un an ?
La décapitalisation du cheptel bovin et la forte tension en production de porc liée à l’envolée de l’aliment et aux contraintes…
Un incendie a ravagé un enterpot de fruits et légumes à Rungis le 25 septembre
Mis à jour : Ce que l’on sait de l’incendie à Rungis
  Un incendie a ravagé un entrepôt de fruits à légumes à Rungis le 25 septembre, sans faire de victimes.
Un cas de grippe aviaire dans la zone IGP Volaille du Maine, la situation jugée alarmante
Un cas de grippe aviaire a été confirmé dans un élevage situé dans la zone de Loué. Les scientifiques alertent sur une situation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio