Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

« De la haute couture au prêt-à-porter »


> Dominique Reynaud, actuel dirigeant de l'entreprise Giraudet.
Producteur lyonnais de quenelles et de soupes, Giraudet est présent à la fois en grande distribution et en restauration. Pour Dominique Reynaud, dirigeant de l'entreprise, les deux circuits sont indissociables.

Les Marchés Hebdo : Quels sont les ponts commerciaux entre la restauration et la grande distribution ?

Dominique Reynaud : On pourrait com-parer les deux circuits au marché de la mode. Le premier serait la haute couture et le second le prêt-à-porter. La seule différence avec l'univers textile c'est que, pour les deux circuits de distribution, nous travaillons avec la même matière première et que nos exigences de qualité sont les mêmes. Seuls le packaging et la composition des recettes varient. Les deux circuits sont donc indissociables et s'alimentent l'un l'autre.

LMH : Concrètement, quels produits franchissent la porte de la grande distribution ?

D. R. : Notre catalogue GMS se compose des recettes classiques incontournables comme la quenelle au brochet ou encore la soupe de légumes, mais aussi des références qui ont reçu un grand succès dans nos boutiques. C'est le cas par exemple de la quenelle aux morilles qui était au top des ventes dans nos magasins et que nous avons lancée de façon saisonnière en GMS. Au total, nous proposons une trentaine de références de soupes, sauces et quenelles. Mais il ne suffit pas de transposer un succès dans l'univers de la GMS. Nous avons essuyé certains écueils. C'est le cas de notre soupe Pink, un gaspacho de betterave, pomme verte et vinaigre balsamique, qui n'a pas rencontré le public en hypermarché.

LMH : Quels sont les avantages du circuit professionnel ?

D.R. : La vente directe dans nos boutiques et auprès des chefs nous permet d'avoir un contact consommateur direct. Nous pouvons expérimenter des saveurs et réajuster en temps réel les recettes. Nos boutiques sont également un très bon vecteur d'image, qui nous aident peut-être à franchir les portes de la distribution. Sans compter que notre expérience terrain nous permet de faire des préconisations d'implantation en magasin qui permettent de faire croître les catégories. Par exemple, le marché des soupes progresse de 6 % par an, depuis que les soupes fraîches sont implantées au rayon fruits et légumes et non plus au rayon traiteur. Enfin, c'est également pour une entreprise un moyen de diversifier ses relais de croissance et de gagner en indépendance.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Sofiprotéol participe à l’émergence d’une leader du négoce agricole breton

Sofiprotéol (filiale investissement du groupe Avril) et Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels s’engagent aux côtés…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio