Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Consolidation des prix, semis en progression

Au plan international, les inconnues russes entretiennent la fermeté des prix du blé. En France, la forte activité portuaire en blé et un niveau favorable de l'euro soutiennent les cours, après un bref épisode de détente.

Période du 3 au 9 décembre. Durant cette période succédant à une semaine de hausses continues, le marché à terme du blé a cherché à se consolider après un court épisode de baisses consécutives à des prises de bénéfices. Cette semaine 50 débute sur des bases fermes, tant à Chicago que sur Euronext, la situation des cultures et le suspense à propos de possibles mesures de rétention des exportations russes entretenant ce climat. Des nouvelles plus rassurantes quant aux conditions climatiques sur le bassin mer Noire ont sans doute compensé les incertitudes sur les éventuelles restrictions d'export russes, mais en cette saison, on n'en a pas fini avec le weather market. Le marché français reste animé par l'exportation y compris de blé fourrager. L'origine France n'a pas été retenue dans le dernier appel d'offres égyptien, le blé russe non plus, alors que la Roumanie a consolidé sa place de premier fournisseur du Gasc avec 120 000 tonnes (t) adjugées (et 55 000 t à l'Ukraine). Néanmoins, si l'on en juge par les certificats d'exportations accordés la semaine dernière qui en portent le total depuis le début de la campagne à 12 Mt (1 Mt de mieux que l'an dernier), le blé européen et donc français, porté par un euro à quelque 1,23 $, reste largement compétitif. FranceAgriMer pourrait réviser une nouvelle fois ses chiffres d'export. La fermeté du marché à terme se communique au marché physique soutenu par la bonne activité portuaire. Pour la même raison, l'orge fourragère se maintient fermement, alors que le maïs trouve acheteur auprès des fabricants d'aliments du bétail et sur le nord communautaire, mais risque de voir le débouché hispanique se rétrécir sous la pression d'une concurrence ukrainienne favorisée par le droit d'entrée nul. L'accélération des demandes de certificats d'importations est mauvais signe. Les prix sont tendus en disponible, moins en éloigné.

Rendement exceptionnel de maïs

En décembre, le ministère de l'Agriculture ne publie pas d'estimations de production, sinon, il aurait probablement rehaussé celle du maïs dont la récolte s'est achevée sur la confirmation d'un rendement exceptionnel qui mènera vers une récolte de l'ordre de 18 Mha (millions d'hectares). En revanche, il a diffusé ses premières estimations de semis d'hiver, la sole céréalière étant annoncée à 7,11 Mha, en progression de 2 %, dont +2 % pour le blé tendre, +1,3 % pour l'orge et surtout +9,7 % pour le blé dur, « boosté » par la forte hausse des prix. Aujourd'hui, à 4,20 euros rendu La Pallice, le blé dur bénéficie d'un différentiel de prix de 2,3 euros par rapport au blé tendre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Evolution des cours des principales céréales
Les grains français parviennent à maintenir leurs cours
Alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 perturbent les échanges, les prix des céréales françaises restent tenus à l…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio