Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Blé : la hausse des cours aura été de courte durée

Si les mauvaises conditions climatiques entretiennent la fermeté à Chicago, celle-ci échappe au marché européen qui a été pénalisé par la remontée passagère de l'euro. Le blé est reparti à la baisse sur Euronext, le maïs et l'orge résistent.

Période du 8 au 14 octobre. La hausse des cours des céréales que nous enregistrions la semaine dernière, tout en restant dubitatifs quant à sa durabilité, était surtout due à la baisse de l'euro et à des problèmes climatiques retardant la moisson de maïs aux États-Unis. Cette courte période de fermeté n'a pas résisté à la pression des fondamentaux, clairement confirmés par les divers rapports et autres bilans prévisionnels, en raison notamment du raffermissement de l'euro. Toutes les nouvelles prévisions mènent à une révision en hausse des productions et, le plus souvent des stocks finaux, que ce soit le rapport du département américain à l'Agriculture (USDA), les dernières estimations pour l'UE, ou celles de FranceAgriMer, présentées le 8 octobre. Selon ces dernières, le stock de report français de blé serait le plus élevé depuis 10 ans : 47,42 millions de tonnes (Mt), conséquence d'une augmentation de 230000 t de la collecte tandis que les ventes à l'UE ont été abaissées de 140 000 t et celles des incorporations par les fabricants d'aliment du bétail de 100000 t. Bien que revu en baisse de 170 000 t par rapport à septembre, le report de maïs reste lourd avec 3,7 Mt. La récolte française qui pourrait dépasser les 17 Mt va se trouver en concurrence, dans le cadre communautaire, avec la moisson la plus élevée depuis 10 ans. Pourtant, les cours du maïs continuent de bien résister avec la persistance des ventes à l'UE.

Manque de vendeurs sur le marché physique

Malgré une forte progression de la prévision de collecte, 288 000 t à 9,68 Mt, le stock de report d'orge n'a été que très légèrement alourdi, à 1,56 Mt, grâce à une augmentation de 200 000 t des prévisions de ventes aux pays tiers, portées à 2,2 Mt. Une perspective plausible si l'on considère le rythme des embarquements qui atteignent 0,9 Mt depuis le début de la campagne grâce aux achats chinois (550 000 t). Ce courant d'exportation permet à l'orge de soutenir ses cours, tandis que le blé, après un bon premier mois de campagne export a vu ses ventes extérieures aux pays tiers réduites de 25 % par rapport à l'an dernier, à la date du 1er octobre.

La participation à hauteur de 120 000 t à l'appel d'offres égyptien de 175 000 t vendredi est sans doute encourageante, mais la Russie participe à ce tender pour 55 000 t, retrouvant des prix compétitifs, et la remontée de l'euro a nui à notre compétitivité. Les prix sur Euronext sont repassés nettement sous les 160 euros ; ils résistent mieux sur le marché physique, dont l'activité est limitée par le manque de vendeurs en culture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Evolution des cours des principales céréales
Les grains français parviennent à maintenir leurs cours
Alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 perturbent les échanges, les prix des céréales françaises restent tenus à l…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio