Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Baisse devant des perspectives de larges disponibilités

La chute des cours du blé, de l'orge et, dans une moindre mesure, du maïs, s'est brutalement accentuée avec l'amélioration des conditions météo aux États-Unis, la poursuite des livraisons mer Noire et l'USDA concluant à de futures larges disponibilités.

Période du 7 au 13 mai. L'amélioration des conditions climatiques sur une partie de la Wheat belt aux États-Unis et une accélération des semis de maïs (et de soja), la poursuite des livraisons mer Noire malgré une situation politique encore dégradée et un rapport USDA annonciateur de larges disponibilités céréalières pour la prochaine campagne, ont brutalement accentué la tendance baissière du marché.

Le rapport de l'USDA, publié le 9 mai, s'il confirme une baisse de la production mondiale de blé pour la récolte 2014, prévue à 697 millions de tonnes (Mt) contre 714 l'an dernier, prévoit néanmoins un stock de report légèrement supérieur à celui de cette campagne, avec 187,4 Mt. La baisse affectera particulièrement les moissons US annoncées à 53,4 Mt contre près de 58 Mt cette campagne, et canadienne, 28,6 Mt contre 37,5.

La production mondiale de maïs 2014 est prévue par l'USDA à 979 Mt, un chiffre comparable à celui de 2013, avec une récolte US se maintenant au sommet : 354 Mt. Les perspectives de consommation sont situées à 965,8 Mt, contre 948,8 en 2013/2014. Le stock final progresserait de 13 Mt à 181,7 Mt, les États-Unis affichant un record à 43,8 Mt.

Volume d'affaires décevant sur le physique

Ainsi, Euronext clôturait la première séance de la semaine, le lundi 12, par un décrochage de 5 euros du contrat blé, échéance mai et 3 euros échéance novembre par rapport à vendredi. Sur le marché physique, dans un volume d'affaires décevant, les primes par rapport à Euronext sont restées en net décalage négatif en ancienne comme en prochaine récolte. Les vendeurs attendent des cours meilleurs alors que les perspectives d'un stock copieux et la précocité d'une récolte qui s'annonce bien ne justifient guère cet optimisme. L'orge fourragère trouve un petit intérêt acheteur auprès des fabricants d'aliments du bétail du nord de l'UE, le portuaire est au point mort et en baisse à 165 euros, rendu Rouen. Quant au maïs, dont les semis s'achèvent et dont les levées s'effectuent dans de bonnes conditions, il continue d'afficher une résistance étonnante face à des fondamentaux défavorables, cotant, le 13 mai 180 euros, fob Rhin.

Le Conseil céréales de FranceAgriMer devait se réunir le 14 courant. Ses derniers bilans prévisionnels de la campagne, en particulier les prévisions d'exportation de blé tendre, étaient très attendus avec un risque de révision à la baisse, ce qui viendrait encore alourdir le stock de report pour cette campagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

 © Max Havelaar
Le cacao sombre

Le cacao a été malmené sur les marchés cette semaine, les investisseurs s’interrogeant sur le déséquilibre généré par une…

 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio