Aller au contenu principal

1er round des négos commerciales

Dans deux semaines à peine sonnera le début des négociations commerciales 2017. Et ce, alors que le projet de loi Sapin 2 qui devait apporter quelques modifications aux règles les encadrant est toujours en cours d'examen. Emmanuel Macron a quitté le gouvernement avant d'avoir reçu les conclusions de la fameuse mission confiée à trois économistes pour réaliser une étude rétrospective des effets économiques de la LME. Les professionnels de l'agroalimentaire l'espéraient plus tôt que la date annoncée de mi-décembre. Et au vu de la bataille de prospectus que se livrent actuellement les enseignes (Carrefour en tête avec son mois de promotions jusqu'à - 70 % de remise fidélité), on imagine que la bataille des prix est loin d'être finie. Quand les industriels devraient être en train de peaufiner leurs conditions générales de vente et de se préparer à retourner dans les box des négociations, le syndicalisme agricole a décidé d'ouvrir son propre « round » de négociations, proposé dès avril dernier, mais rejeté lors des discussions parlementaires. Xavier Beulin, président de la FNSEA, avait demandé lors du dernier congrès du syndicat agricole que les négociations agricoles se passent en deux temps. D'abord les contrats entre agriculteurs et industriels, ensuite entre transformateurs et industriels. Et ce, afin que les coûts de revient de l'amont soient pris en compte. Après le bras de fer avec Lactalis, les autres OP laitières, soutenues par les syndicats, font pression sur tous les industriels pour obtenir une hausse du prix du lait. Du côté de la viande bovine, la FNB a fait plier Carrefour pour que l'enseigne mette en avant les produits « cœur de gamme », avant qu'Intermarché n'accepte de revaloriser le tarif des races à viande et que E.Leclerc rejoigne la démarche. Toutes ces actions ne seront pas sans conséquences sur les négociations commerciales entre l'industrie (le maillon abattage et transformation, en l'occurrence) et la distribution dans quelques semaines. Le démantèlement de la Pac met une pression supplémentaire sur les IAA et risque d'exacerber les tensions de la filière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio