Aller au contenu principal

Après une saison festive sauvée, la volaille face à trois défis majeurs

Malgré un bilan positif des ventes de volailles de fin d’années, l’interprofession Anvol alerte sur les mauvaises perspectives de l'année à venir. 

L'indice Itavi sur le coût des matières premières dans l'aliment volailles a augmenté de 18% en décembre 2020 par rapport à décembre 2019.
© A. Puybasset

Lors des repas des fêtes de fin d’année, certes en comités restreints, les français ont voulu se faire plaisir. « Les volailles proposées en magasins se sont bien vendues allant parfois jusqu’à des situations de ruptures à quelques jours des fêtes », souligne l’interprofession Anvol. Cela a permis à la filière de sauver sa saison festive ! 

« Les ventes de volailles festives se sont globalement bien déroulées », confirme le syndicat des labels avicoles Synalaf. « Les commandes ont souvent été tardives, mais tous les produits ont été vendus et des pièces ont même manqué dans certains bassins. » 2,7 millions de volailles festives label rouge ont été mis en place en 2020 (dont 60% de chapons), en baisse de 2% par rapport à la période des fêtes de fin d’année de 2019.

Même constat pour le foie gras, dont les ventes en grande distribution ont grimpé de 51% (selon Nielsen) sur les deux dernières semaines de l’année, par rapport à la saison festive 2019. Cette dernière avait été pénalisée par l’encadrement des promotions promulgué par la loi Egalim. C'est un soulagement relatif pour la filière foie gras qui réalise près de 80% de ses ventes annuelles en décembre.

Lire aussi : La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française

Malgré cette éclaircie de fin d’année, 2021 démarre avec un horizon plus sombre. Les professionnels doivent faire face à trois défis majeurs, alerte l’Anvol dans un communiqué.

  • La fermeture des restaurants et le manque de visibilité quant aux réouvertures. « La restauration hors domicile est un secteur déterminant et représente plus d’un quart des débouchés », rappelle l’interprofession. Les petites filières des canards, de pintades de cailles et de pigeons sont particulièrement menacées.

 

  • L’épizootie d’Influenza aviaire en canard gras. « Touchant essentiellement le sud-ouest, région historique de production sous label rouge, l’épidémie impacte tous les élevages de volailles. Elle implique des abattages anticipés, des contraintes de circulation, des fermetures de marchés à l’export…

 

  • La flambée du cours des matières premières qui pèse sur les coûts de production. L’indice Itavi sur le coût des matières premières de l’aliment des volailles a augmenté de 18% en décembre 2020 par rapport à la même période de 2019. « Et cette situation de cours des matières premières en hausse devrait perdurer durant le premier semestre 2021. » L’interprofession demande à ce que l’évolution de ces indicateurs et la hausse du coût production soit prise en compte par l’ensemble des maillons de la filière.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vue de la poussinière de poulettes bio de 13, 5 m de large. Pour respecter la réglementation bio, il a fallu placer 8 rangées de supports © P. Le Douarin
En poulettes Bio, le perchoir complique le travail de l'éleveur
Le nouveau réglement Bio impose plus de perchoirs pour les poulettes, mais pour les éleveurs ce sont des coûts et des contraintes…
La coopérative gersoise Vivadour mise sur Cocorette pour installer encore une dizaine d'élevages dans les deux ans à venir. © VIvadour
Dans le Gers, Vivadour developpe l'œuf Bio
La production d’œufs bio est en plein essor à la coopérative gersoise Vivadour. Associée à Cocorette, elle cherche de nouveaux…
L’abattoir de volailles SNV lance la marque « Fermier de Normandie »
Le transformateur de volailles SNV, les Fermiers du Bocage et le Syvor lancent la marque Fermier de Normandie en grande…
Les huiles essentielles sont bénéfiques aux poussins stressés
Une étude de l’Inrae montre que des poussins ayant subi un stress à l’éclosion sont durablement affectés, mais que des huiles…
Benoît Drouin, éleveur à Rouez en Champagne et président de la commission bio au sein du Synalaf: « En volaille plein air, l’accès au parcours vaut le meilleur des enrichissements. Les dispositifs de perchage dans les bâtiments n’apportent qu’un plus. » © A. Puybasset
Les poulets de Loué ont aussi leurs perchoirs
Pour se conformer au référentiel de l’étiquetage sur le bien-être animal, les Fermiers de Loué ont équipé leurs poulaillers de…
Valérie du Retail est séduite par l’autonomie due aux stocks d’aliment et d’eau et les automatismes qui lui permettent de ne pas être dépendante des horaires des poules. Elle préfère se consacrer aux volailles quand bon lui semble pour les observer, leur parler et les soigner. © L. Gouverne
Un petit poulailler mobile pour des poules Bios
À Die dans la Drôme, Valérie du Retail a choisi un poulailler mobile pour son projet agrotouristique écologique. Elle élève 225…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)