Aller au contenu principal

Volaille : réduction progressive de l’offre

La baisse générale des mises en places organisée par les professionnels de la volaille a permis un redressement des prix sur le début de l’année 2004. Dans les mois à venir, ce recul devrait se prolonger.

Le dernier conseil spécialisé volaille de l’Ofival a permis le faire le point sur l’état du marché.

Au sein de l’Union, la réduction de l’offre a permis un redressement des prix, sauf en Grande-Bretagne. Ainsi, selon la Commission Européenne, le prix moyen communautaire du poulet entier, à 1,44 euro/kg, a progressé de 4 % sur les quatre premiers mois de l’année.

De façon plus détaillée, en France, la réduction des mises en place organisée par les diverses interprofessions a permis un maintien des prix au-dessus des niveaux de l’an passé.

En ce qui concerne le marché de l’aliment, la flambée des prix par rapport à l’année dernière se poursuit. Toutefois, au mois de mai, la tendance a été baissière pour de nombreuses espèces… Selon l’Ofival, les cours du maïs rendu Pontivy ainsi que du blé (départ région Centre) ont même amorcé un recul entre janvier et mars, en raison d’un marché peu demandeur, ce qui explique ce tassement des indices matières premières.

Recul des mises en place de poussins de chair

En France, l’activité des couvoirs, publiée par Agreste, renseigne sur les niveaux de production des différentes espèces.

Pour les poussins de chair, on constate en avril un recul de 6 % des éclosions. Pour les canards, on note toujours des évolutions divergentes selon la destination : pour le mois de février, hausse de 9,1 % des éclosions de canetons à rôtir, et baisse de 6,7 % des canetons à gaver. En avril, la tendance s’est régularisée avec des évolutions respectives de +0,9 et +0,8 % par rapport à l’an passé.

En dinde et en pintade, la tendance est baissière, et le recul des éclosions a été plus rapide pour la pintade (-1,4 % en avril pour la dinde, contre -10,4 % sur la même période pour la pintade). Mais avec une baisse de 8,6 % des œufs de dindes mis en incubation en avril, la baisse de la production devrait rapidement s’accélérer.

Sur les quatre premiers mois de l’année, les abattages de poulet (en volume) progressent de 1,1 % en cumul par rapport à 2003. C’est une des rares espèces à enregistrer une telle hausse. Pour la dinde, la baisse est de 0,8 %, et de 5,2 % pour le canard à rôtir. Même tendance pour la pintade : -5 % et pour le lapin : -2,3 %.

Le bilan du commerce extérieur se détériore

Enfin, les chiffres du commerce extérieur sont inquiétants. Sur le premier trimestre, le recul de nos exportations s’est accentué, passant à -9 % en glissement annuel selon Agreste. Dans le même temps, les importations reculent de 5 %, avec 53 000 téc.

Plus précisément, les exportations de viandes et de préparations de poulet reculent de 8 % en glissement annuel, avec un repli plus fort pour les préparations (-46 %) que pour les viandes (-2 %). Au niveau des destinations, c’est l’UE qui est la plus touchée (-26 %) alors que le Moyen-Orient se tient mieux (-5 %).

Au sein de l’Union, la baisse la plus importante concerne notre principal client, la Grande-Bretagne (repli de 26 %). Pour la dinde, le recul est particulièrement accentué avec une diminution de 12 % des exportations sur le premier trimestre. Les ventes intra-communautaires chutent de 6 %, alors que les envois vers la Russie se replient de 49 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

A l'instar du coronavirus, la PPA provoque le chaos sur la scène internationale. © Vyashini Chokupermal
Peste porcine africaine : une crise socio-économique et géopolitique d’envergure mondiale
Brutalement arrivée en Chine en 2018, la peste porcine africaine, prédécesseur de la Covid-19, s’est rapidement propagée,…
 © VP
Viande de boucherie : hausse de 5,8 % des achats en 2020

Les achats des ménages de viandes de boucherie fraîches ont bondi de 5,8 % en 2020, par rapport à 2019, selon les données…

 © S.Bourgeois-archives
Jeunes bovins : le surstock lié à la crise est résorbé

Les prix des jeunes bovins restent à des niveaux très bas pour la période, mais tendent à se stabiliser. En effet,…

Porc : le prix de l’aliment revu à la hausse en janvier 2021

Face à la hausse généralisée des prix des matières premières, l’institut du porc (l’Ifip) a actualisé ses prévisions du…

 © VP
Cheptel : 18,168 millions de bovins en France

Le cheptel bovin de la France au 1er janvier 2021 était estimé à 18,168 millions de têtes par FranceAgriMer,…

 © AMI
Belle progression du marché de la volaille et de la viande rouge bio en Allemagne

« Le marché du bio en Allemagne a progressé de façon fulgurante en 2020 », a déclaré Diana Schaack, analyste de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio