Aller au contenu principal

[Edito] Une alimentation de qualité pour tous

Restos du coeur
Restos du coeur

En moins de dix ans, l’aide alimentaire a doublé en France. En 2018, 335 000 tonnes de nourriture ont été distribuées à 5,5 millions de personnes, sachant qu’on évalue à 9,2 millions de personnes en situation de précarité alimentaire (8 millions selon le gouvernement). Ces chiffres sont issus d’un récent rapport du Cese (« Pour une alimentation durable ancrée dans les territoires ») qui s’alarme d’un phénomène amplifié par la crise sanitaire. Selon le Secours populaire, la demande d’aide alimentaire depuis avril 2020 aurait augmenté de 45 %. Parmi ces personnes défavorisées, de plus en plus de jeunes. Et d’une manière générale en France, une segmentation alimentaire se renforce, avec une catégorie de la population ayant de plus en plus de mal à s’approvisionner en aliments de qualité. Face à ce « raz-de-marée de la misère », comme le qualifient les associations de solidarité, des mesures doivent être rapidement prises tout en favorisant les produits locaux et donc la résilience alimentaire de la France, comme le propose le Cese dans un avis très intéressant. Les collectivités territoriales sont appelées à délivrer des chèques alimentaires dédiés à des achats locaux. Face à ce phénomène de paupérisation, la restauration collective peut jouer un rôle fondamental, comme l’a souligné la crise liée à la Covid-19. Les objectifs que la loi Egalim assigne à ce secteur sont louables, mais un soutien financier serait utile pour aider les établissements à monter en gamme, pointe le Cese, reprenant ainsi la demande récurrente des associations professionnelles. Autre mesure demandée par l’Ania : soutenir les entreprises alimentaires qui font des dons aux associations caritatives en valorisant les stocks des invendus par un crédit d’impôt ou une défiscalisation des dons alimentaires. Faire en sorte que chaque Français puisse avoir une alimentation de qualité est un bon vœu à formuler pour 2021. Un vœu qui ne doit pas être pieux. Le Cese le pointe, avec justesse : il s’agit d’un enjeu de démocratie essentiel. La relance économique du pays ne pourra se faire en occultant la précarité alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Bonne année
Bonne année à vous, les héros invisibles

L’année 2020, marquée par une crise sanitaire d’une ampleur inédite « aura révélé des parcours exemplaires » :…

Transparence
[Edito] Vertus et risques de la transparence

La flambée des prix du blé tendre depuis quelques semaines renchérit le coût des aliments pour animaux. Or « les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio