Aller au contenu principal

Un distributeur a la parole

L’équipe des Marchés Hebdo s’est essayée à un nouvel exercice en cette fin d’année 2018 : confier la rédaction en chef du numéro à un invité. Pour cette première, notre choix s’est porté sur Michel Biero, directeur exécutif achat et marketing de Lidl, que l’on remercie d’avoir accepté et joué le jeu. Il nous a semblé instructif pour nos lecteurs de donner la parole à un distributeur, à la veille d’une redistribution des cartes dans la grande distribution avec l’entrée en vigueur de la loi Alimentation. Un distributeur, certes particulier, puisque le round des négociations ne porte que sur 10 % de son assortiment (le reste étant sous MDD). Mais qui véhicule, notamment à l’occasion de sa présence annuelle au Salon de l’agriculture, un message fort à destination du monde agricole, à travers la mise en place de contrats tripartites. Les industriels n’acceptent pas tous d’être « la variable d’ajustement » de ces contrats… Mais certains y trouvent un intérêt. Aux dires même du directeur exécutif des achats, fabriquer pour Lidl s’avère « compliqué au début », car l’enseigne « est très exigeante » mais une « fois que ça roule », les commandes se font au minimum à la palette, « sont réglées comme une horloge », et payées sans retard. Quant aux promotions, « elles sont prévues 40 semaines à l’avance », assure Lidl. À l’heure où nous bouclons ce numéro, les fameuses ordonnances encadrant le relèvement du seuil de revente à perte (SRP) et les promotions en valeur et en volume ne sont pas encore parues. Sous prétexte du mouvement des gilets jaunes et sous la pression de quelques enseignes, Didier Guillaume a annoncé leur report pour janvier ou février (facile pour négocier jusque-là !, ndlr). E.Leclerc a sûrement dû agiter le spectre d’une campagne dénonçant les effets pervers de la loi sur le pouvoir d’achat. Lidl estime que les retombées ne seront pas aussi importantes que certains veulent bien le dire, mais ne croit pas au mécanisme de « ruissellement », promis par le gouvernement. Dans le monde agricole, le doute s’installe également. À qui profitera vraiment cette loi ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio