Aller au contenu principal

Qu’est ce qui fait chuter l’indice FAO des prix des produits alimentaires en octobre ?

L'indice FAO des prix des produits alimentaires continue de reculer en octobre. Le prix du sucre a affiché une baisse à ses niveaux élevés. Celui des produits laitiers connaît sa première hausse.   

prix alimentaires marchés interation
Comment ont évoluéles prix alimentaires mondiaux le mois dernier ?
© Markus Winckler

L'indice FAO des prix des produits alimentaires poursuit sa tendance à la baisse (-0,7 point, -0,5 %) avec une valeur moyenne de 120,6 points en octobre par rapport à septembre. Comparé à octobre 2022, la baisse est plus importante, -14,8 points (-10,9 %). Le repli s’explique par une baisse des indices des prix en sucre, céréales, huiles et viandes. En revanche, l’indice des prix progressent en produits laitiers, une première depuis neuf mois.   

  • L'indice FAO des prix du sucre s’est établi à une valeur moyenne de 159,2 points en octobre, 3,5 points, -2,2 % qu’en septembre. Cette baisse met un terme à deux mois de hausse consécutives. Cette baisse est le résultat d’un rythme de production soutenu au Brésil, la dépréciation du réal brésilien face aux dollars des Etats-Unis et à la baisse des prix de l’éthanol au Brésil. Toutefois, l’indice reste en hausse de 50,6 points, soit 46,6 % sur un an. D'autre part, les incertitudes ne se sont pas envolées, la campagne 2023-2024 débute avec des retards pour les exportations au départ du Brésil, ce qui a limité le repli des cours.   

  • L'indice FAO des prix des produits laitiers a augmenté de 2,4 points (+2,2%) sur un mois pour atteindre une valeur moyenne de 111,3 points en octobre. Cette hausse met un terme à neuf mois de baisses consécutives. Les prix mondiaux du lait en poudre ont enregistré la hausse la plus forte en raison d'une recrudescence de la demande pour les livraisons vers l’Asie du Nord-Est. Le resserrement de l’offre en lait en Europe occidentale mais aussi l'incertitude d’El Niño sur la prochaine production en Océanie ont accentué la pression à la hausse sur les prix. Ils ont aussi grimpé en beurre mais ont légèrement reculé en fromage sous l’effet de l’affaiblissement de l’euro face aux dollars des Etats-Unis et de l’accroissement des disponibilités exportables en Océanie.  

  • L'indice FAO des prix des céréales a affiché un repli de 1,3 point (-1%) en octobre pour atteindre 125 points. Les prix ont reculé en blé (-1,9 %) car l’offre est plus importante aux Etats-Unis. Pour le riz, les prix ont cédé de 2 % car la demande mondiale manquait de tonicité en octobre.  

  • L'indice FAO des prix des huiles végétales était à 120 points en octobre, soit 0,9 point de moins qu’au mois de septembre (-0,7 %). C'est la troisième baisse mensuelle consécutive. La baisse des prix de l’huile de palme, du fait du pic saisonnier de la production, tire l’indice vers le bas alors que les prix des huiles de soja, de tournesol et de colza ont progressé.  

  • L'indice FAO des prix de la viande s’est établi à 112,9 points en octobre, -0,7 points (-0,6 %) sur un mois. Il s’agit de la quatrième baisse consécutive. Les prix ont baissé en porc pour le troisième mois d'affilée. La demande à l’importation est restée positive, notamment en Asie de l’Est mais les exportateurs disposent de volumes abondants. En volaille, on constate un léger bond. La grippe aviaire continue de peser sur l’offre de plusieurs grands fournisseurs mondiaux alors que la demande des consommateurs est forte. En bovin, l’offre est abondante en Australie et au Brésil, même chose pour les ovins d'Océanie. Les prix ont légèrement augmenté pour ces deux viandes car la demande à l’importation est restée forte. 

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

camion citerne de collecte dulait
Collecte laitière : les 5 chiffres à retenir de 2023

La collecte de lait de vache a reculé en France en 2023, tout comme les fabrications de produits laitiers.

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio