Aller au contenu principal

Promotions et provocation

Ces scènes d’émeutes dans les magasins Intermarché ont fait le tour des chaînes de télévision françaises et internationales. Du Nutella à 1,41 € le pot de 950 g au lieu de 4,70 € (soit -70 %) du 25 au 27 janvier, en quantités limitées… Voilà ce qui a attiré des consommateurs à faible pouvoir d’achat en masse. Un spectacle désolant laissant de surcroît un sentiment de malaise à quelques jours de la présentation du projet de loi qui vise notamment à encadrer les promotions. « Cette promotion a été décidée de manière unilatérale par l’enseigne Intermarché », a rapidement réagi Ferrero France, déplorant « cette opération et ses conséquences qui créent confusion et déception dans l’esprit des consommateurs ». Concerné aussi par l’opération « les quatre semaines les moins chères de France » de l’enseigne, Richard Girardot, PDG de Nestlé France, s’étonnait peu avant de ces offres promotionnelles à 70 % de réduction immédiate, « bien loin des engagements de retour à la raison pris par les enseignes vis-à-vis des plus hautes autorités de l’État ». La grande distribution, Intermarché dans ce cas, n’est pas à une provocation près pour braver les pouvoirs publics à la veille d’un nouveau débat parlementaire sur les relations commerciales. A posteriori, on se rend compte que l’enseigne annonçait la couleur sur Twitter dès le 10 novembre, déclarant : « l’usage extravagant de la promotion doit cesser […], cependant, nous voulons aussi être libres de proposer des prix justes pour nos consommateurs […] Afin que les agriculteurs ne servent pas de variable d’ajustement, il faut nous laisser compenser les hausses de certains produits par des baisses sur d’autres produits où le monde agricole n’intervient pas ». En gros, laissez-nous faire la guerre des prix sur des produits plus transformés. E.Leclerc, Intermarché, Casino (et ses 1+1 gratuit) mais aussi Carrefour – dont le PDG, Alexandre Bompard, vient d’affirmer qu’il allait « repenser le rôle du prix, de la promotion et de la fidélité » et « investir » – n’ont pas l’intention de baisser les armes. Bien au contraire, les couteaux sont tirés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril
Le groupe Avril victime d'une cyberattaque [mis à jour]
Le groupe Avril a été victime d'une cyberattaque le 3 novembre. Toutes les entités sont touchées.
Egalim 2 : le décret fixant les produits alimentaires concernés par la transparence est paru
A la suite de la promulgation de la loi Egalim 2 le 18 octobre dernier, le décret déterminant le champ d’application des produits…
Les sites Arrivé en Vendée en grève
Les sites Arrivé Maître Coq en vendée se mettent en grève, ce 4 novembre, à l’appel en intersyndicale de la CFDT, accompagnée de…
A quoi peut-on s’attendre sur le marché du porc en 2022 ?
Cours bas et coûts de production en hausse, les prévisions de l'Ifip sont peu optimistes pour la filière porcine.
Viande : seulement 2 % des Français n’en mangent pas
Afin de mieux suivre les évolutions des nouveaux régimes alimentaires excluant plus ou moins la viande, FranceAgriMer se dote d’…
[MàJ] Viande bovine : exportations records du Brésil vers la Chine malgré un embargo
Les achats de viande bovine brésilienne par la Chine en septembre ont atteint des records, mais ils devraient rapidement s'…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio