Aller au contenu principal

Porcs : la consommation française en baisse

Même si au niveau mondial et européen, la consommation de viande est stable voire en progression pour l’année 2003, la France ne suit pas la même tendance. Cette année encore, notre consommation nationale est en repli et c’est la viande porcine qui affiche le plus fort recul.

Selon l'Ofival, la croissance de la consommation mondiale de viande s'est poursuivie en 2003 mais s'est nettement ralentie par rapport à l'année précédente.

Au niveau européen, après une forte augmentation en 1998 et 1999, la consommation n'évolue plus depuis 4 ans.

Enfin, en France, même si la consommation individuelle est pratiquement au même niveau qu'il y a dix ans, la consommation totale a diminué de 0,9 % et, selon Agreste, la tendance se poursuit en 2004.

Sur 52 semaines se terminant le 5 septembre dernier, la consommation de viande (en frais et surgelé) est en baisse de 2,1 % par rapport à la même période de l'année dernière, soit une baisse de la consommation de viande fraîche de 2,4 %. Toutes les filières sont concernées et la viande de porc n'y échappe pas…

La consommation mondiale en hausse…

Selon l'Ofival, la consommation totale de viande de porc a progressé dans le monde de 1,7 % en 2003 par rapport à 2002 et de 7 % par rapport à l'année 2000. Par habitant, cette hausse est tout de même plus modeste.

Avec l’augmentation de sa population et de son pouvoir d’achat, la Chine a vu sa consommation progresser, alors qu’elle n’a que faiblement varié aux Etats-Unis.

La consommation canadienne a diminué, comme au Brésil, où l'accroissement de la production a été insuffisant pour répondre aux besoins d'une population plus importante.

Notons aussi que la consommation par habitant était en forte hausse dans les Pays de l'Est, notamment en Pologne et en Hongrie, en raison de la présence de fortes disponibilités et de prix bas.

Dans l'Union européenne à 15, les zones de forte consommation sont d'une part, la péninsule ibérique où la consommation a progressé de 30 % en 2003, et d'autre part, un groupe de pays du Nord-Est de l'Europe, constitué de l’Allemagne, de l’Autriche, des Pays-Bas, de la Belgique et du Danemark. Le repli de la consommation y a été de mise, surtout pour les trois derniers pays cités.

… mais repli continu en France

Selon le SNCP, la période de rentrée, avec la baisse des prix due aux traditionnelles promotions de rentrée, a permis une reprise de la consommation. Mais globalement sur l'année 2004, c'est la chute libre...

D'après les données du ministère, la viande porcine affiche le plus fort repli avec une baisse de la consommation de 6,4 % du 29 décembre 2003 au 5 septembre 2004, tandis que celles de viande bovine (- 1,7 %) et de volaille (- 0,4 %) reculent de façon moins marquée.

D'autre part, la consommation de viande de porc semble varier en fonction du prix. L'Ofival confirme cette idée : la demande en viande de porc réagirait surtout aux fluctuations de prix liées à son propre cycle de production.

Or, malgré une baisse des tarifs depuis le mois de juillet, sur l'ensemble des premiers mois de 2004, le prix de la viande de porc frais est en progression de 5,8 %.

Ainsi, pour le SNCP, ces chiffres doivent amener les professionnels à réfléchir quant à la politique de prix des distributeurs et à l'image de la viande porcine auprès des consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

A l'instar du coronavirus, la PPA provoque le chaos sur la scène internationale. © Vyashini Chokupermal
Peste porcine africaine : une crise socio-économique et géopolitique d’envergure mondiale
Brutalement arrivée en Chine en 2018, la peste porcine africaine, prédécesseur de la Covid-19, s’est rapidement propagée,…
 © VP
Viande de boucherie : hausse de 5,8 % des achats en 2020

Les achats des ménages de viandes de boucherie fraîches ont bondi de 5,8 % en 2020, par rapport à 2019, selon les données…

 © S.Bourgeois-archives
Jeunes bovins : le surstock lié à la crise est résorbé

Les prix des jeunes bovins restent à des niveaux très bas pour la période, mais tendent à se stabiliser. En effet,…

Porc : le prix de l’aliment revu à la hausse en janvier 2021

Face à la hausse généralisée des prix des matières premières, l’institut du porc (l’Ifip) a actualisé ses prévisions du…

 © VP
Cheptel : 18,168 millions de bovins en France

Le cheptel bovin de la France au 1er janvier 2021 était estimé à 18,168 millions de têtes par FranceAgriMer,…

 © AMI
Belle progression du marché de la volaille et de la viande rouge bio en Allemagne

« Le marché du bio en Allemagne a progressé de façon fulgurante en 2020 », a déclaré Diana Schaack, analyste de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio