Aller au contenu principal

Place à l’usine agroalimentaire 4.0

Malgré des négociations commerciales tendues, le climat des affaires s’améliore légèrement dans l’agroalimentaire. Selon l’Insee, les patrons du secteur interrogés en janvier estimaient avoir augmenté de 4 % leurs investissements en 2017 et prévoyaient de ne pas lever le pied en 2018. Une bonne nouvelle pour les fournisseurs présents au salon CFIA à Rennes. Nombre d’entre eux présentaient des innovations technologiques allant dans le sens d’une usine agroalimentaire 4.0. Dans le secteur, il y a encore « du grain à moudre », si l’on en croit la revue Smart-Industries de novembre, éditée par les organisateurs du salon du même nom qui ouvrira ses portes le 27 mars. Les exemples d’usines intelligentes françaises, à l’instar de celle que Bel a construite… à Brookings (de l’autre côté de l’Atlantique !), ne sont pas légion. Pourtant, les nouvelles technologies peuvent présenter de nombreuses avancées. Plateformes de mégadonnées pour optimiser l’achat de matières premières volatiles ou mieux percevoir les attentes des consommateurs, blockchain au service de la traçabilité, robotique-cobotique pour accroître la production, capteurs associés à de l’intelligence artificielle pour piloter au plus juste tous les paramètres de l’usine… Ces avancées sont-elles encore réservées aux grandes entreprises ? Pas si sûr. Petit tour de l’autre côté de l’Atlantique pour s’en convaincre. En mars, l’industriel Fruit d’or (rien à voir avec Unilever) a inauguré son usine de Notre-Dame-de-Lourdes au Canada. Une usine reconstruite en neuf mois après un incendie et prenant résolument le virage 4.0. Réseau d’automates interconnectés pouvant être piloté par une tablette intelligente, préprogrammation des recettes pour une qualité constante, ajustement des procédés grâce à 500 capteurs installés un peu partout, séchoir doté d’une intelligence artificielle : le spécialiste de la canneberge a investi 35 M$ dans un bâtiment de 7 000 m2 à l’équipement de pointe. Il s’agit certes d’une grosse somme pour cette PME de 80 M$ de chiffre d’affaires, mais le site produit déjà 50 % plus rapidement que le précédent et a augmenté ses économies d’énergie. Un exemple à suivre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril
Le groupe Avril victime d'une cyberattaque [mis à jour]
Le groupe Avril a été victime d'une cyberattaque le 3 novembre. Toutes les entités sont touchées.
Egalim 2 : le décret fixant les produits alimentaires concernés par la transparence est paru
A la suite de la promulgation de la loi Egalim 2 le 18 octobre dernier, le décret déterminant le champ d’application des produits…
Les sites Arrivé en Vendée en grève
Les sites Arrivé Maître Coq en vendée se mettent en grève, ce 4 novembre, à l’appel en intersyndicale de la CFDT, accompagnée de…
A quoi peut-on s’attendre sur le marché du porc en 2022 ?
Cours bas et coûts de production en hausse, les prévisions de l'Ifip sont peu optimistes pour la filière porcine.
Viande : seulement 2 % des Français n’en mangent pas
Afin de mieux suivre les évolutions des nouveaux régimes alimentaires excluant plus ou moins la viande, FranceAgriMer se dote d’…
[MàJ] Viande bovine : exportations records du Brésil vers la Chine malgré un embargo
Les achats de viande bovine brésilienne par la Chine en septembre ont atteint des records, mais ils devraient rapidement s'…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio