Aller au contenu principal

[Edito] Place au chèque alimentaire

chèque alimentaire
© Pixabay

Ouf ! Un nouveau vent souffle sur les États-Unis. Par la signature de ses premiers décrets, Joe Biden tranche fortement avec la politique de son prédécesseur. Dès le vendredi 22 janvier, le nouveau président américain a pris une décision visant à lutter contre la précarité alimentaire, alors que près d’un foyer avec enfants sur cinq ne mange pas à sa faim. Le décret propose de renforcer le programme de bons alimentaires, piloté par l’USDA, en permettant aux États d’augmenter les aides de 15 % et en l’étendant à des familles jusqu’alors inéligibles, pour porter le nombre de bénéficiaires à 12 millions. Avec d’autres décisions sanitaires, à l’inverse de Donald Trump, Joe Biden montre qu’il a pris conscience de la gravité de la crise liée à la pandémie de coronavirus. Des décisions qui devraient inspirer d’autres pays, y compris le gouvernement français. Face à la détresse grandissante des étudiants, Emmanuel Macron a annoncé le 21 janvier à l’université de Paris-Saclay que tous les étudiants qui le demanderaient pourraient bénéficier de deux repas à 1 euro par jour… Mais à compter du second semestre seulement. Pourquoi le président de la République ne va-t-il pas plus loin en instaurant rapidement un « chèque alimentaire » pour permettre aux ménages les plus modestes d’acheter des produits frais et de qualité ? À travers la voix de Julien Denormandie, le gouvernement incite fortement les Français à manger frais et local. Mais, il faut bien reconnaître, ces produits ne sont pas forcément accessibles à tous les ménages qui leur préfèrent des produits importés lorsqu’ils sont à moindre prix. Plutôt que de baisser de nouveau les prix comme la grande distribution le demande, face à la crise sociale qui monte à mesure que la pandémie s’éternise, pourquoi ne pas envisager un coup de pouce pour les ménages les plus précaires ? Au moins temporairement. Cela permettrait de renforcer l’idée que l’alimentation a un coût et de limiter la course infernale aux prix bas aux effets délétères sur la filière alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Manifestation à Plérin
Des éleveurs manifestent à Plérin contre la baisse du prix du porc

Des éleveurs de porc, dont certains membres du mouvement les "bonnets roses", ont manifesté leur mécontentement devant les…

Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Nouvelle salve entre Inaporc et Cooperl sur le financement de l’équarrissage
L’interprofession du porc et la première coopérative porcine campent sur leurs positions respectives quant à la Cotisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio