Aller au contenu principal
Font Size

Nouveau palier à la hausse

Les exportations nord-américaines de soja vers la Chine battent de nouveaux records et entraînent la graine à la hausse. Le colza suit et franchit enfin cette semaine la barre des 340 euros la tonne.

La chute ininterrompue des cours du pétrole maintenant sous la barre des 70 $ le baril ne met pas à mal les éléments de soutien dont bénéficient les graines de soja au 1er rang desquels figure le dynamisme des exportations américaines. Grâce à la demande chinoise, les chargements de graines US totalisent déjà 18,5 millions de tonnes (Mt), soit près de 40 % des 46,8 Mt prévues par l'USDA (10/11/14) pour la campagne 2014/15. L'an passé, ils s'élevaient à 15,4 Mt, moins de 35 % des 44,8 Mt réalisées en 2013/14. Ils ont été de 2 Mt la semaine dernière à destination de la toute nouvelle première puissance économique mondiale.

Les semis de soja continuent de progresser dans de bonnes conditions en Amérique du Sud, et notamment au Brésil où une partie du retard est rattrapée. Près des 9/10e sont aujourd'hui effectués.

Colza : l'écart avec le soja se réduit

À l'instar du soja, le colza est à nouveau en hausse et parvient enfin à franchir la barre des 340 euros/t sur laquelle il butait depuis de nombreuses semaines. Les cours du colza étaient tombés à un tel niveau qu'ils paraissent aujourd'hui peu chers par rapport à ceux du blé. Par ailleurs, l'écart par rapport aux prix du soja se réduit, et ils sont passés ces dernières semaines en deçà de ceux des cours du tournesol. Le colza est donc très compétitif, et le moindre signe de redressement du complexe des oléagineux lui est profitable. L'huile de colza est, elle aussi, compétitive face à l'huile de soja, et la demande de la filière biodiesel est bien présente.

Alors que les marges de trituration demeurent rémunératrices et que les usines ont besoin de graines, les disponibilités s'amenuisent dans l'UE. Au moment où les sources locales européennes diminuent, les importations rencontrent de leur côté quelques obstacles. L'Ukraine accuse un retard dans ses programmes d'exportation, retard qui, compte tenu de la crise géopolitique actuelle, a de fortes chances de se traduire par une restriction pure et simple de ventes à l'étranger. Pendant ce temps, les exportateurs australiens ont à faire face au manque de compétitivité de leur canola. Dernier soutien, les semis pour la récolte 2015 reculent dans l'UE du fait principalement de surfaces plus modestes en Allemagne.

Moins sensible à la baisse des prix du pétrole que les autres oléagineux, le marché du tournesol évolue davantage en fonction de ses fondamentaux spécifiques. Les offres limitées permettent aux graines de préserver leur fermeté qui est même accentuée avec l'accélération de la trituration en Ukraine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le cacao souffre

Les cours du cacao ont touché la semaine dernière de bas niveaux plus vus depuis le dernier trimestre 2018, pénalisés par…

Chicago : de nouvelles prévisions météo font monter maïs et soja

Les cours du maïs et du soja cotés à Chicago ont été soutenus par de nouvelles prévisions météorologiques anticipant un…

Evolution du cours du colza Fob Moselle
Hausse des prix du colza, suivant le soja sur Chicago
Le climat est actuellement chaud et sec aux États-Unis, pénalisant le développement des cultures de soja. La hausse de l’huile de…
 © JC Gutner
La hausse de l’euro et les prévisions de surfaces russes pèsent sur les cours céréaliers

Les cours des céréales à paille françaises se sont repliés en début de semaine, dans le sillage d’Euronext, plombé par le…

Evolution des cours des principales céréales
Les craintes d’une détérioration de la récolte dopent les cours
Les opérateurs français redoutent une récolte céréalière 2020 faible en volume ce qui fait progresser les cours des céréales…
 © JC Gutner
Chicago : le blé en repli au lendemain d’une forte hausse

Le blé américain avait grimpé mercredi à son plus haut en trois mois sur fond de prévisions d’offre mondiale en baisse.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio