Aller au contenu principal

L’inquiétude pèse sur la filière bovine

Le manque de disponibilité en viande bovine est particulièrement flagrant depuis le début de l’année. Ce phénomène est actuellement accentué par le retard dans la collecte de lait, mais il risque de devenir chronique et inquiète fortement les entreprises de transformation.

Au dernier conseil de l'Ofival, mercredi, les débats ont essentiellement porté sur l'avenir proche de la filière bovine.

Une baisse de production préoccupante

La baisse de production dans l'UE devient préoccupante pour les opérateurs. Pour le premier trimestre 2005, le recul devrait atteindre 3 %. Plusieurs facteurs sont en cause, comme la décapitalisation chronique des cheptels, laitiers surtout, et le fait que beaucoup de pays sont aujourd'hui en retard par rapport à leur quota laitier et effectuent donc très peu de réformes. En plus, au 1er janvier de cette année, dix pays sur les 15 de l'ancienne Union ont choisi l'application de la réforme de la PAC, et quatre d'entre eux se sont décidés en faveur d'un découplage total. Dans ces 4 pays gros producteurs de viande bovine : l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Italie, qui n'ont pas opté pour le maintien de la prime à l'abattage des gros bovins, les abattages ont été fortement anticipés sur les mois de novembre et décembre, entraînant un creux de production pour le début de cette année. Selon l'Ofival, pour l'ensemble de l'année la production européenne pourrait diminuer de 2 %.

En France, c'est essentiellement le retard de collecte laitière qui entraîne le manque d'offre actuel. En janvier, les abattages ont accusé un très fort repli (- 5,8 %), essentiellement due à la baisse des femelles : - 11,3 % !

L’effet sur les prix a été immédiat

L'effet sur les prix a été immédiat, et ils ont en moyenne progressé de 11 % dans l'UE sur les neuf premières semaines de l'année. La hausse est particulièrement impressionnante aux Pays-Bas : + 33 %, ainsi qu'en Allemagne : + 20 %. En France, le prix moyen pondéré a la production des gros bovins a augmenté de 12,5 % depuis le début de l'année.

L'année dernière en France, le niveau des exportations s'est maintenu, avec un flux un peu plus important vers la Grèce (suite aux JO), et en léger recul vers l'Italie et l'Allemagne.

En revanche, la baisse des disponibilités nationales a contribué à la poursuite des importations (+17 %), et celles-ci devraient sans tarder retrouver les niveaux d'avant la crise de l'ESB…

Une consommation limitée par les disponibilités

Ces importations risquent de plus d'être accélérées par un phénomène assez exceptionnel pour une filière carnée : une baisse de la consommation due non pas à un désintérêt des acheteurs mais à une baisse du disponible. Ainsi la consommation mesurée par bilan en France au premier trimestre pourrait être en baisse de 3,7 %.

Cette situation entraîne aujourd'hui de nombreuses interrogations sur l'avenir des entreprises de transformation dont la rentabilité risque d'être mise à mal si les prix en production continuent leur progression, alors que la concurrence à l'importation reste vive et que les prix de vente à la GMS ne sont pas revalorisés. Faudra-t-il mettre en place des systèmes de contractualisation pour garantir l'approvisionnement ? Et la baisse de production et le besoin accru de recourir aux importations risquent en même temps d'affaiblir notre position lors des négociations engagées avec le Brésil au sein de l'OMC…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les abattages de vaches reculent depuis 2016.
(Mis à jour) Les cotations Gros Bovins Entrée Abattoir évoluent
Un arrêté visant à faire évoluer les cotations des Gros Bovins Entrée Abattoir vient d’être publié au JORF.
[Guerre Ukraine Russie] Quels pays limitent leurs exportations agricoles ?
Plusieurs pays ont mis en place des embargos temporaires sur l’exportation de certains produits agricole dans un contexte de…
La FNSEA appelle la distribution à augmenter le prix du lait
Sur Franceinfo, Christiane Lambert a appelé la distribution à augmenter les prix du lait. Elle a aussi rappelé que la sécheresse…
Preview image for the video "Bienvenue chez Le Gaulois".
Pourquoi L214 s’attaque de nouveau à la marque Le Gaulois de LDC
L’association antispéciste s’attaque de nouveau au groupe LDC pour l’inciter à signer le European Chicken Commitment.
Lait, viande : quelles perspectives vers l’Algérie ?
L’Algérie est un client clé pour les filières françaises viande bovines et produits laitiers. Quelles sont les perspectives à l’…
Négociations commerciales
Egalim 2 – négociations commerciales : comment une enseigne utilise une "note de crédit" pour gagner des parts de marché ?
Si les renégociations ont globalement tendance à s’accélérer, une enseigne et sa centrale d’achat freinent des quatre fers pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio