Aller au contenu principal

Les débouchés à l’export se réduisent en volaille

Le début de la reprise des négociations à l’OMC fait peser de nouvelles inquiétudes sur une filière volaille qui perd déjà régulièrement des parts de marché sur ses débouchés intra et extra-européens.

Le dernier rapport du service économique de l’ITAVI constate une fois de plus que la filière française de la volaille rencontre d’importantes difficultés, qui tendent à s’intensifier au fil des mois.

Les prix des aliments ont flambé depuis l’année dernière, les volumes abattus diminuent d’année en année, et le solde de notre commerce extérieur est en repli régulier.

Pour 2003, le solde commercial est ainsi passé de 891 à 792,5 Me, avec une baisse de nos exportations de 8 % en valeur et 7 % en volume, et une hausse de 12 % de nos achats de découpes de poulets, qui représentent l’essentiel de nos importations.

Malgré l’épidémie qui a frappé les Pays-Bas l’année dernière, la France n’a pas réussi à regagner les parts de marché perdues depuis 1998. La dégradation a été particulièrement sensible à partir de l’automne et sur le quatrième trimestre nos ventes sur le marché communautaire ont reculé de 12 %.

La situation ne semble d’ailleurs pas vouloir s’arranger cette année. Selon les données des douanes sur les deux premiers mois de 2004, nos ventes vers l’UE sont en baisse de 13 % en volume par rapport à l’an passé ! Et si la situation est moins déprimée vers les Pays Tiers, elle est loin d’être optimiste.

Après de bonnes performances en 2002 (en relation avec l’embargo russe sur les volailles américaines), et malgré l’épidémie de grippe aviaire qui a touché l’Asie du Sud Est, les exportations françaises ont enregistré en 2003 un recul de 10 % en volume et de 13 % en valeur.

Les positions françaises sont menacées

La baisse s’est prolongée sur les deux premiers mois de 2004, avec un repli estimé à 9 % en volume par rapport à l’année dernière sur la même période.

Sont invoquées, comme raisons de ce lourd déficit, la mise en place des quotas à l’importation en Russie et la parité e/$ défavorable.

Nos positions sur nos principaux marchés semblent de plus en plus menacées.

Aujourd’hui, si l’Allemagne reste notre principal débouché européen en volume et mondial en valeur, nos positions ne cessent de s’affaiblir.

En 2003, alors que son voisin néerlandais avait abattu le quart de sa production (principalement destinée à l’exportation), ce qui avait permis à la France d’accroître ses parts de marché vers les Pays-Bas (+ 6 %), la Belgique (+ 8 %) et l’Italie (+ 89 %), nos ventes sur l’Allemagne ont reculé de 8 %. Ce pays a en revanche enregistré une forte hausse des achats de viandes en provenance des Pays tiers.

La filière volaille française a donc toutes les raisons de s’inquiéter des négociations qui ont recommencé dernièrement à l’OMC.

Si malgré les restitutions dont elle bénéficie, les exportations se dégradent, qu’en sera t-il si ces dernières sont supprimées ?

Et si la concurrence avec les produits importés lui porte déjà préjudice, que se passera t-il si nos frontières s’ouvrent encore plus ?

De plus, le marché français ne pourra certainement pas sauver la mise, puisque la consommation a continué de se dégrader l’année dernière, et ne semble guère euphorique cette année.

En 2003, elle se chiffrait en effet à 24,3 kg par habitant, soit une diminution de 1,5 % par rapport à 2002, et de 6,7 % par rapport à 2001 selon le SCEES.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Au 1er janvier 2022, chaque élevage devra se doter d'un référent bien-être animal
Le journal officiel du 29 décembre institue la désignation d’un responsable du bien-être animal dans chaque élevage d’animaux de…
Prix du beurre : les professionnels de la BVP appellent à l’aide
Les professionnels de la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie alertent sur l’explosion du prix du beurre et des difficultés d’…
La Coopération laitière fait le point sur les coopératives laitières françaises.
Prix du lait : La FNPL dénonce les pratiques "illégales" de Sodiaal
La FNPL dénonce dans une lettre ouverte la pratique illégale du groupe Sodiaal de pratiquer un correctif sur le prix du lait lié…
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
La baisse du maïs temporise les hausses en blé et soja.
Siège social de Cooperl. © Cooperl
Porc : Cooperl étend ses unités de transformation
L’entreprise mexicaine Sigma, propriétaire du groupe Campofrio en Espagne a cédé deux entreprises de transformation de viande à…
Un couple d’éleveurs va créer un abattoir de bovins bio à la ferme
Kathleen et Michel Bremont ont obtenu une aide de l’Europe et de la région Normandie pour financer près du tiers de leur projet d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio