Aller au contenu principal

Le veau de boucherie plus attractif en 2005 ?

Les cours du veau de boucherie se sont maintenus à un niveau très élevé en 2004, avec une consommation freinée par des prix de détail en hausse continue. 2005 pourrait voir une hausse de la production, permettant de retrouver des prix plus attractifs pour le consommateur.

Depuis plus d’un mois, les cours du veau de boucherie reculent régulièrement chaque semaine. De 5,37 euro/kg en fin d’année, le prix de la carcasse 2R3, stade entrée abattoir, est passé à 4,94 euro/kg en semaine 5.

2004 , année à part pour le veau de boucherie

Si cette baisse est habituelle à cette période, elle est plus marquée cette année qu’en 2004. La mise aux normes des bâtiments d’élevage avait alors entamé le potentiel de production français, et les cours avaient même progressé en début d’année.

2004 a été une année exceptionnelle pour la filière. L’application de la directive bien-être à partir du 1er janvier avait entraîné un recul sensible des mises en place dans les ateliers d’engraissement en tout début d’année, recul qui s’est finalement assez vite résorbé en cours d’année.

Au final, selon l’Ofival, le potentiel de production n’était inférieur que de 0,4 % aux niveaux de 2002, l’année référence en termes de capacité de production.

Les abattages de l’année sont tout de même inférieurs de 3,5 % à ceux de 2003, en effectifs. Compte tenu de l’augmentation du poids de carcasse, le recul est moins important pour les tonnages abattus (-2,7%).

Le nombre de veaux disponibles a baissé de 1,5 %, en raison de la réduction du cheptel de vaches, déjà évoquée dans nos lignes. Pour compenser ce déficit, les importations de veaux nourrissons en provenance d’Allemagne et des Pays-Bas a progressé de 44.000 têtes. Ce phénomène n’est pas sans poser de problèmes à nombres d’enseignes, encore attachées aux «3F» (né, élevé et abattu en France).

La consommation en repli chronique

Fait inquiétant, la consommation de viande de veau est en repli pour 2004. Le bilan s’élèverait à 266.600 tec selon l’Ofival, soit 1,5 % de moins qu’en 2003. L’érosion dure depuis quelques années, puisqu’en 10 ans, la consommation a chuté de 8,8 %.

Les données Sécodip sont en accord avec ces chiffres. Les achats des ménages ont baissé de 5 % par rapport à 2003, année déjà très difficile pour la viande de veau étant donné la canicule estivale. Et en effet, par rapport à 2002, le repli est plus marqué (9,8%).

Baisse de production et chute de la consommation sont intimement liée. La première accentue la hausse des prix de détail.

Peu à peu, la viande de veau devient l’un des articles les plus chers du rayon boucherie.

Le prix moyen de la viande fraîche s’élève désormais à 13,26 euro/kg, contre 11,46 euro/kg en 2000. Si les morceaux destinés à être grillés ne progressent que de 6% par rapport à 2003, la hausse est plus conséquente pour la viande à bouillir (+10,2%), qui, nécessitant des temps de préparation plus longs, n’entre plus vraiment dans les habitudes culinaires. Un double handicap, donc.

Vers un retour à la normale pour 2005?

Pour 2005, l’Office prévoit une hausse de la production, déjà perceptible en ce début février. Les abattages pourraient progresser de 2% par rapport à 2004.

La consommation gagnerait un point, ce qui la placerait juste en dessous de ce qu’elle était en 2003.

Les importations de veau (viande et animaux vivants) reculeraient de 5%.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

A l'instar du coronavirus, la PPA provoque le chaos sur la scène internationale. © Vyashini Chokupermal
Peste porcine africaine : une crise socio-économique et géopolitique d’envergure mondiale
Brutalement arrivée en Chine en 2018, la peste porcine africaine, prédécesseur de la Covid-19, s’est rapidement propagée,…
 © VP
Viande de boucherie : hausse de 5,8 % des achats en 2020

Les achats des ménages de viandes de boucherie fraîches ont bondi de 5,8 % en 2020, par rapport à 2019, selon les données…

 © S.Bourgeois-archives
Jeunes bovins : le surstock lié à la crise est résorbé

Les prix des jeunes bovins restent à des niveaux très bas pour la période, mais tendent à se stabiliser. En effet,…

Porc : le prix de l’aliment revu à la hausse en janvier 2021

Face à la hausse généralisée des prix des matières premières, l’institut du porc (l’Ifip) a actualisé ses prévisions du…

 © VP
Cheptel : 18,168 millions de bovins en France

Le cheptel bovin de la France au 1er janvier 2021 était estimé à 18,168 millions de têtes par FranceAgriMer,…

 © AMI
Belle progression du marché de la volaille et de la viande rouge bio en Allemagne

« Le marché du bio en Allemagne a progressé de façon fulgurante en 2020 », a déclaré Diana Schaack, analyste de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio