Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Le froid autonome à disposition des IAA


> Six heures de recharge permettent de récupérer 48 heures d'autonomie.
L'entreprise Coldway, issue d'un brevet du Cnrs, propose depuis plusieurs années au monde de la santé des caissons réfrigérés autonomes en énergie. Elle s'ouvre à l'agroalimentaire.

En 2001, deux ingénieurs du Cnrs lancent leur entreprise, à partir d'un brevet de recherche basé sur la création de froid autonome. Treize ans plus tard, l'entreprise a bien grandi. Notamment en s'appuyant sur les besoins en froid du secteur médical. L'entreprise s'intéresse maintenant aux besoins des opérateurs de l'agroalimentaire. L'invention consiste à stocker l'énergie néces” saire à la production de froid et à l'utiliser à la demande, grâce à une réaction thermochimique. D'un côté, une première bonbonne contenant de l'ammoniaque. De l'autre, une bonbonne contenant un réactif (sels et graphite), le tout relié par une vanne. À l'ouverture de la vanne, l'ammoniaque se vaporise et produit du froid. Elle est ensuite absorbée par les sels dans le réacteur. La production de froid, contrôlable, peut atteindre - 30 °C et peut donc se faire à tout moment et en tout lieu, sans aucun branchement.

On peut mixer le sec et le frais dans un même camion

Coldway, en industrialisant ce brevet, a notamment travaillé sur le confinement des réactifs dans un circuit scellé afin d'assurer la sécurité du dispositif. Une fois l'ammoniaque entièrement évaporée, la production de froid s'arrête. Il faut alors recharger l'appareil, en le branchant à une source électrique, afin que l'am-moniac se condense à nouveau, ce qui régénère le système thermochimique. « Six heures de recharge permettent de récupérer 48 heures d'autonomie », indique Laurent Rigaud, cofondateur et président du directoire. Selon des tests réalisés par le fabricant, plusieurs milliers de cycles de production et de recharge sont possibles. À ce jour, 800 conteneurs sont utilisés par plus de 300 clients essentiellement dans l'univers de la santé. Le fabricant, à partir de ce système, a développé toute une gamme industrielle de conteneurs isothermes, réfrigérés et autonomes sans branchement électrique. Il est aussi associé à une carte électronique et à un logiciel afin de garantir le maintien, la régulation et la traçabilité d'une température à + ou - 2 °C pour les produits transportés.

Contrat avec un spécialiste du transport réfrigéré

L'entreprise veut maintenant s'adresser au marché de l'alimentaire. Ainsi, Coldway vient de signer un contrat de développement avec un spécialiste du transport réfrigéré. « Nous avons également lancé une gamme adaptée à la logistique du dernier kilomètre, avec des rolls réfrigérés qui permettent de transporter des produits frais dans des camions destinés au sec. On peut ainsi mixer le sec et le frais dans un camion par exemple », explique le dirigeant.

DES LABORATOIRES DU CNRS À L'INDUSTRIE

Cette innovation est un bon exemple de transfert de technologie réussi. La découverte est issue de dix ans de recherche fondamentale dans les laboratoires du l'Institut de science et génie des matériaux et procédé (IMP) du Cnrs. En 2001, deux chercheurs du laboratoire, Laurent Rigaud et Francis Kindbeiter décident d'industrialiser ce procédé. En 2002, les premiers caissons sont lancés sur le marché médical. Aujourd'hui, l'entreprise emploie vingt-deux salariés à Pia (Pyrénées-Orientales) où elle réalise des opérations de R&D et également la fabrication du réactif.

En Amérique du Nord, l'entreprise vient de signer un contrat d'exclusivité avec un fabricant de chariots pour la restauration hospitalière. « Nous voulons aussi nous développer dans le marché du traiteur », poursuit-il. Car si le procédé de Coldway permet de fabriquer du froid, la réaction est également exothermique. En absorbant l'ammoniac, la bouteille de réactif dégage de la chaleur, qui peut monter jusqu'à 300 °C. « De quoi assurer sur un même chariot ou un même camion la liaison froide et la liaison chaude en totale autonomie », précise Laurent Rigaud.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

 © Jkoopmanschap pour ABTexel
La chaîne logistique alimentaire mise à rude épreuve
Contraintes sanitaires, augmentation des volumes, retours de livraison à vide…, la chaîne d’approvisionnement alimentaire est…
 © fr.maps-china-cn.com
Reprise du fret maritime en Chine

D’après les informations de l’ambassade de France en Chine a transmises à FranceAgriMer, l’activité des principaux ports…

Alexis Degouy, délégué général de l’union des entreprises de Transport et logistique de France. © DR
« La chaîne logistique est capable de répondre pourvu qu’on se parle »

Les Marchés Hebdo : Comment la chaîne logistique va-t-elle s’adapter à la crise du…

François Vallée, directeur marketing et communication de Comerso © DR
Comerso redoute une hausse des stocks des GMS
Le spécialiste du déstockage d’invendus alimentaires Comerso redoute une croissance des stocks des GMS après les ruptures des…
Le film Nature Fresh sur un plateau de carton recyclable. © DR
Un film étirable compostable pour les produits frais
L’équipementier Fabbri et l’industriel de la chimie BASF lancent un film étirable apte au compostage domestique et industriel. À…
L'abattoir d'Autun se situe en Saône-et-Loire (71) © Service communication Grand ...
Les déchets d’abattage, source d'énergie
De nombreux abattoirs sont engagés dans la réduction de leur impact sur l’environnement en valorisant leurs coproduits. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio