Aller au contenu principal

Les Marchés : le média des acheteurs et vendeurs de produits alimentaires

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

« La qualité pour tous », cette illusion

« On prend mieux en compte les coûts de production. On va, pour ceux qui le veulent, vers des contrats à plus long terme avec des clauses de révision de prix. » Michel-Édouard Leclerc répondait ainsi à une question du JDD sur les conséquences de la loi Egalim dans une interview publiée dimanche 9 février. Le représentant du premier réseau de distributeurs indépendants de France aurait-il baissé les armes dans la bataille aux prix bas ? « Au contraire ! Il faut que les meilleurs produits restent accessibles pour tous », déclare-t-il en conclusion, et d’affirmer que la « qualité pour tous » est la mission de l’enseigne. Alors que les Egalim avaient été perçus comme une chance pour les agriculteurs d’améliorer leurs revenus, celui qui s’est battu de manière la plus virulente contre l’une de ses mesures phare (la hausse du SRP), en donne une tout autre lecture. « Les états généraux de l’alimentation ont écrit une narration collective qui préconise le mieux-manger : moins de pesticides, plus de certifications, moins de sel, moins de gras, plus de bio. Cela a permis de développer très vite des gammes plus qualitatives, donc plus rémunératrices pour les producteurs », déclare-t-il. Et de mettre en avant le développement de contrats de circuits courts, de la HVE, des marques équitables comme C’est qui le patron ?! ou encore le déploiement du Nutri-Score sur toutes ses marques. Après tout, la démarche est louable : vouloir augmenter la qualité des produits alimentaires, sur les plans environnementaux, nutritionnels et de la santé, et permettre que ces meilleurs produits soient accessibles à tous. Reste que c’est l’objectif aujourd’hui de toutes les enseignes de grande distribution et que pour gagner des parts de marché, elles n’ont encore rien trouvé de mieux que de se battre sur les prix. Faire des produits de qualité, bios, sans résidu de pesticides, avec des matières premières plus nobles représente des risques et des surcoûts pour l’agriculteur et l’industriel agroalimentaire. Il ne faudrait pas illusionner les consommateurs et casser les niches de valorisation pour les acteurs des filières agroalimentaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Face à une société fragmentée

Après la crise des gilets jaunes, le développement de mouvements en faveur du climat (comme Extinction Rebellion et l’…

[Edito] Un cadre pour les produits vegan

Le groupe Casino vend depuis le 3 février les burgers à base de végétaux de la start-up vegan américaine Beyond Meat,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58.3€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Profitez de l’ensemble des cotations
Consultez les revues Les Marchés Hebdo et Le Quotidien Les Marchés au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Les Marchés