Aller au contenu principal

Embellie sur le marché du porc

Le cours du porc a finalement progressé dans la dernière semaine d’août. Juste avant la rentrée, les abattoirs sont aux achats et les mises en avant se multiplient en GMS. Le marché devrait rester actif dans les jours à venir.

La hausse de cinq centimes de la cotation 54 TVM ce jeudi à Plérin a surpris certains opérateurs. Après les résistances observées en fin de semaine précédente, beaucoup s'attendaient à une progression plus modérée… Mais avec la rentrée, les besoins des abattoirs se sont enfin exprimés.

Environ 400.000 porcs devraient être abattus pour la dernière semaine d'août dans la zone Uniporc Ouest, et le rythme devrait rester aussi soutenu début septembre. Les perspectives pour la production restent donc bonnes, au moins pour les dix jours à venir.

Du côté de la découpe, après un début de semaine encore assez calme, la demande s'est très nettement activée à partir de mercredi. Les mises en place pour la rentrée absorbent sans difficulté la totalité de l'offre.

Dans les grandes zones urbaines, et notamment en région parisienne, on s'attend à une forte hausse des besoins cette semaine. Cet «effet rentrée» devrait permettre de passer sans grande difficulté des hausses de prix sur la majorité des articles. La fermeté est de rigueur sur l'épaule et le jambon, comme sur les produits dérivés. On remarquera que le prix des gorges continue de progresser significativement, alors que la demande pour cette pièce s'est emballée exceptionnellement tôt (dès le mois d'août) cette année. Les prix de la longe, qui constitue l'essentiel des promotions et dont les tarifs ont déjà été négociés, seront plus difficiles à revaloriser, sans pénaliser pour autant l'essentiel de l'offre.

Pas de prévision à long terme

Les nombreux revirements traversés par le marché du porc ces derniers mois freinent les opérateurs pour établir des prévisions à long terme.

Selon la dernière enquête cheptel d'Agreste la production française a progressé de 2,6 % au troisième trimestre. Avec la rentrée qui s'annonce favorable et qui devrait permettre d'assainir l'offre jusqu'à la fin septembre, on peut estimer que le plus dur est passé et que les prix vont maintenant être plus favorables. Pour le quatrième trimestre, on attend une légère hausse (+0,7 %) par rapport à 2003. Mais à cette époque l'année dernière, les prix avaient fortement chuté alors que la production était relativement faible... À plus longue échéance, le premier trimestre 2005 serait stable par rapport à 2004.

Encore une fois, l'évolution de la production chez nos voisins et particulièrement en Espagne pourrait jouer un rôle prépondérant.

La consommation reste un facteur décisif

L'évolution de la consommation est aussi à surveiller de très près. Selon les derniers résultats du panel Sécodip, les achats de porc frais ont reculé de 6,8 % entre le 1er janvier et le 8 août, par rapport à la même période en 2003. Les prix de détail ont quant à eux progressé de 5,1 %. En jambon, les volumes vendus ont baissé de 3 % et les prix sont restés quasiment stables (-0,8 %).

Mais la période qui débute est a priori plus favorable à la consommation de porc. L'année dernière, toujours selon la même source, les ventes avaient progressé de 15,3 % entre 11 août et le 7 septembre par rapport à la période précédente, puis de 1 % sur les quatre semaines suivantes et de 7,1 % en octobre, avant de reculer fortement en fin d'année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

A l'instar du coronavirus, la PPA provoque le chaos sur la scène internationale. © Vyashini Chokupermal
Peste porcine africaine : une crise socio-économique et géopolitique d’envergure mondiale
Brutalement arrivée en Chine en 2018, la peste porcine africaine, prédécesseur de la Covid-19, s’est rapidement propagée,…
 © VP
Viande de boucherie : hausse de 5,8 % des achats en 2020

Les achats des ménages de viandes de boucherie fraîches ont bondi de 5,8 % en 2020, par rapport à 2019, selon les données…

 © S.Bourgeois-archives
Jeunes bovins : le surstock lié à la crise est résorbé

Les prix des jeunes bovins restent à des niveaux très bas pour la période, mais tendent à se stabiliser. En effet,…

Porc : le prix de l’aliment revu à la hausse en janvier 2021

Face à la hausse généralisée des prix des matières premières, l’institut du porc (l’Ifip) a actualisé ses prévisions du…

 © VP
Cheptel : 18,168 millions de bovins en France

Le cheptel bovin de la France au 1er janvier 2021 était estimé à 18,168 millions de têtes par FranceAgriMer,…

 © AMI
Belle progression du marché de la volaille et de la viande rouge bio en Allemagne

« Le marché du bio en Allemagne a progressé de façon fulgurante en 2020 », a déclaré Diana Schaack, analyste de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio