Aller au contenu principal

[Édito] Vent debout contre le Nutri-Score

[Édito] Vent debout contre le Nutri-Score

Alors que l’Union européenne pourrait rendre obligatoire le Nutri-Score dès l’année prochaine, le monde de l’agroalimentaire s’agite face à cette perspective. Certaines fédérations, dont celle des industriels charcutiers-traiteurs, demandent que sa méthode de calcul soit revue, tandis que d’autres filières, telles que les produits mono-ingrédients ou les fromages AOP, le roquefort en tête, demandent à en être exemptées. Les filières sous signes officiels de qualité rappellent que leurs recettes ancestrales répondent à des cahiers des charges stricts, garants de leur qualité. « On ne saurait dénaturer nos fromages en ajoutant des additifs, des texturants ou des conservateurs chimiques », estime la Confédération générale de Roquefort. La prise de parole de l’ODG n’a pas été totalement entendue par les pouvoirs publics. Intervenant lors du congrès de l’Association nationale des élus de la montagne au Grand-Bornand (Haute-Savoie), le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, s’est montré favorable à revoir la méthodologie de l’algorithme, mais a estimé que l’exemption n’était pas la bonne « solution ». Il faut « faire en sorte que la méthodologie, elle-même, ne vienne pas à mal noter nos fromages et nos AOP », a-t-il insisté. Mais les filières AOP n’en démordent pas. Appelant à un retour au bon sens, la Confédération générale de Roquefort continue de demander l’exemption pour l’AOP Roquefort et les produits sous indications géographiques. Elle a reçu le soutien d’élus et de parlementaires, et notamment celui du député européen Éric Andrieu qui s’exprime en ces termes : « Je pense que des dérogations doivent être accordées aux produits pas ou peu transformés ainsi qu’aux produits sous indication géographique, car le but du Nutri-Score est d’informer les consommateurs sur le contenu des produits et de pousser les industriels à améliorer leurs recettes. » Les produits ultra-transformés étaient la cible première du Nutri-Score, rappelons-le !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Infographie sur les pénuries dans l'alimentaire parue dans Les Marchés Mag de septembre 2022
[Infographie] Pourquoi tant de pénuries alimentaires en 2022 ?
Certains rayons sont vides et les consommateurs craignent les pénuries de plusieurs produits alimentaires. Pour les magasins, les…
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Le prix de revient des gros bovins a fortement progressé au premier semestre, dopé notamment par la hausse de l’énergie.
Combien l’Europe a perdu de bovins et de porcs en un an ?
La décapitalisation du cheptel bovin et la forte tension en production de porc liée à l’envolée de l’aliment et aux contraintes…
Energie : les industriels laitiers craignent pour la continuité de leurs activités
La Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) appelle le gouvernement à mettre en place rapidement un bouclier tarifaire…
Un incendie a ravagé un enterpot de fruits et légumes à Rungis le 25 septembre
Mis à jour : Ce que l’on sait de l’incendie à Rungis
  Un incendie a ravagé un entrepôt de fruits à légumes à Rungis le 25 septembre, sans faire de victimes.
Un cas de grippe aviaire dans la zone IGP Volaille du Maine, la situation jugée alarmante
Un cas de grippe aviaire a été confirmé dans un élevage situé dans la zone de Loué. Les scientifiques alertent sur une situation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio