Aller au contenu principal

[Edito] Se réinventer

Depuis maintenant plus d’un an, la restauration collective doit faire face à cette crise sanitaire sans précédent, l’obligeant à trouver de nouveaux modes de fonctionnement, de nouvelles offres de service pour satisfaire leurs convives. On demande beaucoup aux établissements de restauration, en particulier aux cantines scolaires. Alors qu’elles sont de nouveau fermées, pour une période de trois semaines au minimum, elles ont toujours comme contrainte d’atteindre 50 % de produits durables, dont 20 % de produits biologiques, dans leur approvisionnement d’ici à 2022. Peuvent-elles le faire ? même si elles s’y emploient fortement, en lien étroit avec les filières alimentaires Dans le cadre du plan de relance, le ministère de l’Agriculture a annoncé en janvier dernier octroyer une enveloppe de 50 millions d’euros aux « Cantines scolaires rurales » souhaitant accélérer leur approvisionnement en produits sains et durables. La restauration collective dans son ensemble a été bouleversée et continue de l’être. L’Insee évoquait récemment des difficultés structurelles pour la restauration collective concédée depuis dix ans, difficultés accentuées par la crise. Les grands groupes leaders voient leur chiffre d’affaires et leurs résultats fortement baisser, face au télétravail ou à la baisse du catering. Outre une formation nécessaire du personnel, tous les groupes de restauration cherchent des pistes de sortie de crise, en attendant un après-Covid pourtant prometteur grâce à des fondamentaux solides. Se réinventer, tel est le maître mot de la restauration collective d’entreprise, première à être touchée par cette crise sanitaire qui s’éternise. Votre média se doit aussi de suivre ces mutations en cours et de vous proposer de nouveaux services. Nous aussi, nous allons nous réinventer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
 © DGF
Pomona en passe de croquer DGF

Le groupe Pomona a annoncé hier être entré en négociation exclusive avec le fonds d’investissements 21 Invest France en…

Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio