Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Edito] Panique à la veille de Noël ?

grève des transports

Après les gilets jaunes en 2018, c’est le mouvement de grève générale avec un risque de durcissement sur la durée qui plane sur l’économie de cette fin d’année 2019. Une période cruciale pour certains secteurs d’activité, dont l’agroalimentaire. Le premier jour de grève aurait entraîné 30 % de baisse d’activité en moyenne, selon l’Alliance du commerce. Et l’Union des métiers et industries de l’hôtellerie (Umih) et le groupement national des indépendants (GNI-Synhorcat) auraient constaté sur la seule nuit de jeudi une chute des réservations de 30 % à 40 % en Île-de-France et à Paris. La menace d’une grève des transporteurs et d’une pénurie de carburants inquiète les opérateurs de Rungis. Faut-il pour autant paniquer ? Selon l’Insee, le mouvement des gilets jaunes aurait ôté environ 0,1 point du PIB au quatrième trimestre 2018, avec un effet de report de certains achats début 2019 observé. Le mouvement de grève de novembre-décembre 1995 (de 22 jours !) avait coûté environ deux dixièmes de point de PIB sur la croissance du dernier trimestre 1995. Et le début de l’année 1996 avait été marqué d’un redressement de l’économie qui avait surpris les économistes, une partie étant due à un effet de rattrapage. Si ces grands chiffres masquent forcément des situations individuelles plus contrastées, avec des cas difficiles, l’analyse du passé ne donne pas matière à paniquer. D’autant plus que depuis 1995, les Français ont changé leurs habitudes de consommation et développé des comportements plus collaboratifs (avec le développement de Blablacar par exemple). Si les ventes de certains produits festifs déclinent en cette fin d’année, ce sera sûrement dû à l’encadrement des promotions (en volume notamment) imposé par la loi Egalim qui pénalise les marques de PME. Car quelle que soit la situation conjoncturelle, les Français ont toujours préservé la table de Noël. Espérons que l’administration française saura se montrer clémente suivant la situation des industriels. L’ensemble de la rédaction des Marchés vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Edito] Saurons-nous en tirer les leçons ?

Nous vivons tous une période difficile, les mieux lotis d’entre nous se trouvant privés de la liberté de mouvements…

Edito profiter
[Edito] Coopérer mais pas profiter de la crise

Le 23 mars, la Commission européenne et le Réseau européen de concurrence (Rec) ont fait un point pour répondre aux…

[Edito] Place à la solidarité

La plupart d’entre nous, pour ne pas dire tous, n’avons jamais vécu cela. Une pandémie à la vitesse de propagation…

[Edito] Revoir ses priorités

La menace d’un nouveau virus se confirme, et les Français se ruent vers les pâtes, le riz, la farine, les conserves de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio