Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’industrie agroalimentaire bouge !

L'agroalimentaire bouge

À l’agriculture, l’opinion publique demande d’utiliser moins de pesticides, de produire de plus en plus bio et de respecter le bien-être animal. Visés par des critiques parfois violentes, les exploitants agricoles ont amorcé depuis quelques années déjà une transformation de leurs modèles, sans toujours obtenir ni reconnaissance ni une meilleure rémunération. Ce qui peut donner naissance à des mouvements d’exaspération. À l’aval, l’industrie agroalimentaire opère également sa mue, de manière plus silencieuse. Régulièrement bouc émissaire d’émissions télévisées de grande audience ou d’ouvrages « choc », le secteur se remet en cause et s’évertue à mieux faire, en matière d’impact environnemental (pratiques RSE, achat local, emballages écoconçus…), mais aussi de nutrition via la reformulation de ses recettes. Un récent rapport de l’Oqali montre que les industriels ont revu leurs listes d’ingrédients depuis 2008 et levé le pied sur les additifs. La part des produits sans additifs progresse. Le prochain salon Food Ingredients Europe, qui se tiendra du 3 au 4 décembre à Paris-Villepinte, fera la part belle au « clean label » et au végétal. Avec pour objectif de permettre aux industriels de débarrasser leurs étiquettes d’ingrédients et additifs controversés et proposer des analogues aux produits carnés ou laitiers pour les flexitariens. Si certains essaient encore de minimiser ses effets, l’application Yuka, qui compte des millions d’utilisateurs, n’est pas étrangère à ce mouvement. De plus en plus de consommateurs s’en servent et apprennent à lire les étiquettes, n’hésitant pas à substituer leurs produits préférés lorsqu’ils sont mal notés. De plus en plus d’industriels scannent aussi leurs produits et tentent d’améliorer leur score en revoyant leur formulation. Un travail qui doit parfois s’accompagner de communication envers le consommateur. Comme Fleury Michon qui explique dans une campagne d’affichage la singularité du jambon zéro nitrite. L’industrie agroalimentaire bouge, elle doit le faire savoir et expliquer ses nouvelles méthodes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Edito] Saurons-nous en tirer les leçons ?

Nous vivons tous une période difficile, les mieux lotis d’entre nous se trouvant privés de la liberté de mouvements…

Edito profiter
[Edito] Coopérer mais pas profiter de la crise

Le 23 mars, la Commission européenne et le Réseau européen de concurrence (Rec) ont fait un point pour répondre aux…

[Edito] Place à la solidarité

La plupart d’entre nous, pour ne pas dire tous, n’avons jamais vécu cela. Une pandémie à la vitesse de propagation…

[Edito] Revoir ses priorités

La menace d’un nouveau virus se confirme, et les Français se ruent vers les pâtes, le riz, la farine, les conserves de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio