Aller au contenu principal

[Edito] Est-ce bien raisonnable ?

Un an après le lancement des états généraux de l’alimentation, l’examen de la loi se termine et les acteurs de la filière agroalimentaire restent sur leur faim. Un doux euphémisme, diront certains qui expriment volontiers de la déception voire de l’amertume. Le texte n’est pas encore publié au Journal officiel que déjà les regards se tournent vers la seconde manche, un nième texte sur les négociations commerciales qui pourrait voir le jour dans deux ans. Pourquoi deux ans ? Il semble que, du texte de loi EGA, seuls deux éléments, précisés dans une ordonnance toujours en discussion, influenceront vraiment les négociations commerciales. Il s’agit de l’encadrement des promotions et du relèvement du seuil de revente à perte, qui seront expérimentés durant deux ans. Difficile aujourd’hui d’imaginer comment ces deux mesures viendront améliorer le revenu des agriculteurs, objectif initial du projet de loi, on le rappelle ! En tout cas, elles devraient influencer la politique commerciale de chaque enseigne et des transformateurs. Pour le reste du premier chapitre de la loi… Malgré les heures de discussion et les centaines d’amendement sur le sujet, l’article 1er sonne bien creux ! Qu’ont fait les législateurs en imposant aux interprofessions d’élaborer et de diffuser des indicateurs, devant servir de référence dans les contrats écrits entre l’amont et la transformation ? N’ont-ils pas introduit une nouvelle responsabilité qui risque d’exacerber les tensions au sein de ces instances déjà fragiles, tout en les mettant à la limite de l’illégalité sur le plan de droit de la concurrence. Le tout, en reconnaissant ouvertement, par la voix du rapporteur de la loi, que « les entreprises sont libres de choisir leurs indicateurs, comme le veulent les lois de notre économie ». Des interprofessions à qui le chef de l’État a également confié la difficile mission d’engager la montée en gamme des filières. Est-ce bien raisonnable ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio