Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Edito] Egalim : qui paie les pots cassés ?

À l’heure où la loi Egalim termine sa première année, il semble que les opérateurs de l’agroalimentaire n’ont pas particulièrement le cœur à célébrer cet anniversaire. La Feef, représentant les PME, en dresse un premier bilan très défavorable. Elle estime (chiffres Nielsen à l’appui) que la loi a fragilisé les marques PME françaises qui ont vu leur taux de croissance divisé par trois, et leur nombre de nouvelles références chuter après une croissance ininterrompue depuis cinq ans. La faute entre autres, selon la fédération, à l’encadrement des promotions en volume imposée par la loi Egalim. En revanche, les MDD progressent, notamment en nombre de références, mais on sait que ce n’est pas forcément sur ces produits que les PME développent de la valeur ajoutée. Côté producteurs, Jean-Baptiste Moreau, rapporteur de la loi, reconnaît lui-même que « les prix ne sont pas là » : « il n’y a pas eu de redescente (sic) jusqu’au producteur ». Le fameux mécanisme de ruissellement vers les agriculteurs fonctionne peu pour l’heure. Et Michel-Édouard Leclerc se gargarise d’avoir eu raison le premier en affirmant que la hausse du SRP sur les grandes marques ne pouvait pas profiter aux agriculteurs. « Ça ne pouvait pas marcher, puisqu’aucun mécanisme n’avait été inséré dans le dispositif législatif pour organiser un éventuel ruissellement de la part des distributeurs… et des industriels », selon le distributeur. Le gouvernement va-t-il accepter de reconnaître une part d’échec de la loi Egalim ou continuer l’expérimentation telle quelle sur deux ans ? L’autre solution semble la voie privilégiée avec l’annonce de la hausse des contrôles pour le second round des négociations et l’appel de Didier Guillaume aux consommateurs à faire un « choix patriotique » pendant leurs courses. Pas de quoi permettre d’entamer une nouvelle année sous de meilleurs auspices. Les équilibres du commerce ont été modifiés et les plus fragiles risquent encore d’en payer les pots cassés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Edito] Saurons-nous en tirer les leçons ?

Nous vivons tous une période difficile, les mieux lotis d’entre nous se trouvant privés de la liberté de mouvements…

Edito profiter
[Edito] Coopérer mais pas profiter de la crise

Le 23 mars, la Commission européenne et le Réseau européen de concurrence (Rec) ont fait un point pour répondre aux…

[Edito] Place à la solidarité

La plupart d’entre nous, pour ne pas dire tous, n’avons jamais vécu cela. Une pandémie à la vitesse de propagation…

[Edito] Revoir ses priorités

La menace d’un nouveau virus se confirme, et les Français se ruent vers les pâtes, le riz, la farine, les conserves de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio