Aller au contenu principal

[Édito] Des insectes dans nos assiettes ?

 © Ivalbak / Pixabay
© Ivalbak / Pixabay

Une première dans l’Union européenne ! Les 27 États membres ont donné leur feu vert pour l’utilisation alimentaire des vers de farine jaunes séchés, sous forme de poudre ou d’insectes séchés, en tant que nouvel aliment. Cette décision fait suite à l’avis de l’Efsa et sera en faveur, dans un premier temps, de la société française Agronutris. Ces dernières années, l’idée que cette consommation humaine d’insectes serait meilleure pour la planète que la consommation de viande fait son chemin dans les esprits. Tant et si bien que le consommateur pouvait déjà s’en procurer, avec un peu de recherches et d’envie, sur Internet ou auprès de certains commerces qui profitaient du flou autour du règlement européen Novel Food. La Commission européenne vient ainsi clarifier une situation ambigüe. Pour autant, est-ce que cette consommation humaine ou animale d’insectes est une solution parmi d’autres à la transition écologique de l’Union européenne ? La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, chargée de ce sujet, semble en être convaincue. À l’occasion de la nouvelle usine d’Ynsect à Amiens le 6 mai, elle déclarait sur son compte Twitter : « Manger des insectes, c’est protéger la forêt amazonienne ! Une solution innovante et écologique pour nourrir les animaux, sans importer du soja du bout du monde. » Alors oui, notre dépendance aux importations de soja, en provenance du Brésil est trop forte. Oui, nous devons redévelopper ces filières en France, mais de là à manger des insectes pour limiter cet impact, il y a un pas que certains Français ne franchiront pas, ou à leurs dépens. La culture française est-elle prête à un tel changement ? Permettez-moi d’en douter !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Au 1er janvier 2022, chaque élevage devra se doter d'un référent bien-être animal
Le journal officiel du 29 décembre institue la désignation d’un responsable du bien-être animal dans chaque élevage d’animaux de…
Prix du beurre : les professionnels de la BVP appellent à l’aide
Les professionnels de la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie alertent sur l’explosion du prix du beurre et des difficultés d’…
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
La baisse du maïs temporise les hausses en blé et soja.
Un couple d’éleveurs va créer un abattoir de bovins bio à la ferme
Kathleen et Michel Bremont ont obtenu une aide de l’Europe et de la région Normandie pour financer près du tiers de leur projet d…
Produits laitiers : disponibilités serrées
Produits laitiers : disponibilités serrées
Les disponibilités sont insuffisantes en beurre, d'où des prix toujours fermes. Même tendance en poudre et fromage industriel.
Mise à l'abri des volailles des petits élevages indépendants : la question économique soulevée
Alors que le Conseil d’Etat a rejeté le recours de syndicats et d’associations contre l’obligation de protéger les volailles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio