Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Edito] 2020, une année pour s’engager

L’année 2019 s’est terminée sur des images de bush australien en flammes, avec ses koalas assoiffés prêts à tout pour une goutte d’eau. 2020 ne devrait pas présenter de grand bouleversement dans cette tendance au réchauffement climatique dont les impacts sont de plus en plus visibles. Seuls quelques politiques à travers le monde osent encore tenir des discours climatosceptiques. La prise de conscience des citoyens, de la jeunesse en particulier, emmenée par l’icône Greta Thunberg, est désormais manifeste. Et les opérateurs de l’économie doivent en tenir compte. S’il y avait une résolution à prendre en ce début d’année dans le secteur agroalimentaire, ce serait celle de réduire son impact environnemental. Peut-on encore se permettre de gaspiller de l’eau, de l’énergie, de se moquer de ses émissions de CO2 ? Voire d’importer du soja provenant de zones incendiées de l’Amazonie ? Les citoyens l’accepteront de moins en moins et les salariés, les plus jeunes en particulier, reprocheront de plus en plus à leurs employeurs leurs mauvais comportements vis-à-vis de l’environnement. Selon une récente étude Crédoc sur les conditions de vie, l’environnement est devenu un enjeu majeur qui, en 2019, se classe chez les jeunes adultes (18-30 ans) en tête des préoccupations (32 % des réponses) devant l’immigration (19 %) et le chômage (17 %). Parmi les problèmes environnementaux les plus cités par les jeunes adultes, le réchauffement climatique arrive en tête (41 %), suivi de près par la disparition d’espèces végétales et animales (39 %). Certes, si les jeunes adultes se distinguent par des habitudes plus écologiques en matière de transport (ils privilégient la marche, la bicyclette et les transports en commun ou le covoiturage), leur consommation reste encore fortement hédoniste. Ils ne devraient néanmoins pas rester insensibles à un produit bon, sain pour eux et la planète, d’autant plus s’il est bien noté par des applications mobiles. La rédaction des Marchés Hebdo vous souhaite une très belle année 2020, pleine de projets engagés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Edito] Saurons-nous en tirer les leçons ?

Nous vivons tous une période difficile, les mieux lotis d’entre nous se trouvant privés de la liberté de mouvements…

Edito profiter
[Edito] Coopérer mais pas profiter de la crise

Le 23 mars, la Commission européenne et le Réseau européen de concurrence (Rec) ont fait un point pour répondre aux…

[Edito] Place à la solidarité

La plupart d’entre nous, pour ne pas dire tous, n’avons jamais vécu cela. Une pandémie à la vitesse de propagation…

[Edito] Revoir ses priorités

La menace d’un nouveau virus se confirme, et les Français se ruent vers les pâtes, le riz, la farine, les conserves de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio