Aller au contenu principal

Bovins : des lendemains de fêtes difficiles

Après une brève effervescence juste après les fêtes, le marché bovin est vite retombé dans un contexte moins euphorique. La première inquiétude des opérateurs en ce début d’année est l’application et les répercussions de la nouvelle taxe d’équarrissage.

Le marché bovin a vite changé de configuration en début d’année… En effet, les besoins importants de réapprovisionnement après les fêtes se sont vite tassés, et dès la semaine dernière, le commerce était plus calme, et les cours étaient revus à la baisse.

Rapide revirement de situation sur les marchés

Après deux semaines d’abattage écourtées par des jours fériés, les abatteurs étaient présents aux achats, et permettaient de placer le grand nombre d’animaux présentés, à des cours réajustés à la hausse (cf. graphique ci-dessus). Cette bonne tenue des cours a sans doute incité à des sorties plus importantes encore, si bien que la semaine dernière, l’offre devenait bien trop importante pour une demande qui avait retrouvé son niveau habituel. La seconde moitié du mois ainsi que les soldes étaient de surcroît des facteurs défavorables à la consommation de viande…

Les catégories les plus touchées ont été les réformes laitières de gamme intermédiaires (vaches O ou P +, de race normandes, frisonnes ou montbéliardes), puis dans un second temps, les vaches allaitantes de conformation moyenne. Ainsi, sur le marché d’Agen, le 14 janvier, la cotation de la vache O a perdu 6 centimes (2,02 euros/kg), le recul était plus marqué encore à Sancoins (- 12 centimes). La vache R perdait quant à elle 2 centimes à Châteaubriant, et 6 centimes à Sancoins.

Sur le Min de Rungis, le ralentissement du commerce en boucherie se faisait également sentir. Même si les prix étaient reconduits, les opérateurs enregistraient des ventes plus calmes, et l’offre, jusqu’à présent juste suffisante, se montrait trop importante… Les prix devraient accuser une baisse dès cette semaine. De plus, les températures relativement clémentes pénalisaient les ventes de la basse, alors que la première, à une période où les achats alimentaires ne sont pas prioritaires, était également délaissée.

La taxe d’équarrissage, sujette à discussion…

Partout, la préoccupation la plus importante demeure la taxe d’équarrissage. L’arrêté fixant les taux de la taxe ayant été publié au Journal Officiel le 8 janvier, elle est due par les abatteurs depuis les abattages du 10 janvier.

Selon le SNIV, afin que les premiers bénéficiaires de la sécurité alimentaire que sont les consommateurs assurent une prise en change transparente de ces frais, il est indispensable de répercuter cette taxe à l’aval. Cette application fait l’objet actuellement d’âpres négociations avec la distribution… Cette taxe constitue également un sérieux handicap compétitif pour les viandes françaises à l’export. Sur les marchés en vif, les ventes des JB à l’export étaient contrariées par l’incertitude actuelle quant à sa répercussion…

Une consommation en recul sur la fin d’année

Enfin, les résultats de la 12e période Sécodip (du 3 au 11 novembre 2003) mettent en évidence un repli de la consommation de viande bovine (- 4,8 % en tonnages par rapport à 2002), après les résultats encourageants de septembre (+ 0,5 %) et d’octobre (+ 1,7 %). Par rapport à 1999, la consommation a chuté de 7,7 %, pour une hausse de 12,1 % du prix moyen. Dès lors, cette nouvelle taxe, après les surcoûts sanitaires imposés au produit depuis l’ESB, pourrait avoir des conséquences importantes sur le marché dans son intégralité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
La France possède les plus grandes surfaces de légumes secs bio dans le monde

Avec près de 131 070 hectares de surfaces de légumes secs cultivées en agriculture biologique en 2019, la France se hisse à la…

Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio