Aller au contenu principal

Beurre : une évolution à court terme incertaine

Alors que les négociations sur le prix du lait ne parviennent pas à aboutir, le marché du beurre présente une évolution particulièrement difficile à prédire, tant les évènements prévus en 2004 peuvent interférer sur son équilibre.  

Faute de quorum, le dernier conseil de direction de l’Onilait, prévu jeudi dernier, n’a pas pu se tenir. La FNPL, toujours en désaccord avec les transformateurs au sujet du prix du lait, n’a pas souhaité y participer.

Le marché du beurre dans l’incertitude

Plus généralement, le marché des produits laitiers sera confronté cette année à de nombreux bouleversements. En particulier, le marché du beurre fait face à trois inconnues majeures, dont dépendra en partie son évolution : la baisse (de - 7,5 %) du prix d’intervention à partir du 1er juillet, l’arrivée dans l’Union des 8 nouveaux pays adhérents, ainsi que le retour sur le marché mondial de l’Australie, en retrait en 2003 suite à l’épisode de sécheresse…

Lors du second semestre 2003, le marché européen avait retrouvé un peu de couleurs, principalement grâce à une reprise significative des exportations. Ainsi, les volumes expédiés vers les Pays Tiers ont progressé de 50 % par rapport à 2002, et se sont élevés à 150 000 tonnes sur le premier semestre, selon l’Institut de l’Elevage. Les demandes de certificats à l’exportation étaient proches des

35 000 tonnes/mois en juillet et en août, ce qui a conduit la Commission a diminué de 4 % le montant des restitutions fin août. Le cours du beurre sur les marchés intérieurs a pu progresser, et en France, la cotation Onilait atteignait les 3 060 euros/tonne en fin d’année.

Mais cette embellie n’aura finalement duré qu’un semestre. Ainsi, en début d’année 2004, la cotation a entamé un repli significatif, pour passer en semaine 7 sous son niveau de 2003, à 2 940 euros/tonne. L’intervention a été ouverte à la fin du mois de janvier. L’incertitude dans laquelle sont plongés les opérateurs semble peser sur le marché, et les contrats passés prennent déjà en compte la baisse du prix d’intervention de juillet.

L’arrivée des PECO change la donne

L’arrivée des PECO n’est pas sans entraîner quelques perturbations sur le marché communautaire. Ainsi, la Commission a décidé de limiter la durée de validité au 30 avril des certificats d’exportations délivrés entre le 16 janvier et le 31 mars, afin qu’au moment de l’entrée des nouveaux adhérents, les opérateurs de l’UE à 15 ne détiennent pas des certificats à taux élevés. À partir du 1er avril, une nouvelle limitation de validité ainsi qu’une baisse des restitutions à la date d’entrée des nouveaux membres est à envisager, en anticipation de la baisse des prix d’intervention le 1er juillet.

De plus, les négociations à l’OMC pour établir de nouveaux contingents de l’UE à 25, qui n’auront pas trouvé d’issues avant le 1er mai, indiquent que l’année GATT en cours se terminera avec les contingents des 15 pays membres.

Enfin, la Commission envisage de mettre en place une procédure d’adjudication pour fixer les taux de restitution, et de généraliser des preuves d’arrivée à destination (PAD) à tous les produits laitiers.

Si les discussions sur les taux de restitutions ont quelque peu stagné, le dossier sur les PAD avance, malgré la pression de la délégation française. Les PAD seraient une contrainte de plus pour les exportateurs.

Un autre facteur d’incertitude pour le marché est l’importance des stocks d’intervention (200 000 tonnes fin 2003, soit 10 % de hausse par rapport à 2002), qui pèseront sans aucun doute sur le marché dans les mois à venir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
La France possède les plus grandes surfaces de légumes secs bio dans le monde

Avec près de 131 070 hectares de surfaces de légumes secs cultivées en agriculture biologique en 2019, la France se hisse à la…

Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio