Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Edito] 800 millions d’euros de perdus

Les pertes liées à l’encadrement de la promotion fixé par la loi Egalim auraient représenté plus de 800 millions d’euros, selon les données Nielsen diffusées le 6 février. Des pertes particulièrement pénalisantes pour les catégories alimentaires, ainsi que pour les marques des plus petits groupes qui portaient pourtant la croissance ces dernières années. Et ce, alors que de grands groupes comme Coca-Cola, Nestlé, Lactalis, Ferrero, Andros, JDE ou encore Savencia ont connu de bonnes croissances de leur chiffre d’affaires en fond de rayon. Champagne (-19,5 % en valeur), foie gras frais en libre-service (-14,2 %), desserts à préparer (-6,8 %), glaces de spécialités (-6,3 %) ou encore saumons fumés (-5,9 %) sont les catégories qui ont le plus reculé sur l’année, confirme le panéliste. Au total, la grande distribution a clos 2019 avec une érosion des volumes atteignant 0,8 % et la croissance en valeur n’a pas dépassé +0,8 %. Sans les pertes liées à l’encadrement de la promotion, la croissance du chiffre d’affaires aurait pu être doublée en 2019, estime Nielsen. Optimiste, Emmanuel Fournet, directeur analytique chez Nielsen, estime que « l’an 2 de la loi Alimentation et ses possibles adaptations vont favoriser les volumes en 2020 ». Possibles ou souhaitables adaptations ? Dans le projet de loi d’accélération et simplification de l’action publique, le gouvernement s’octroie à l’article 44 l’autorisation de prolonger l’expérience d’encadrement des promotions et de hausse du SRP de trente mois et « d’aménager ces dispositions dans l’objectif de rétablir les conditions de négociation plus favorables pour les fournisseurs ». Espérons que le gouvernement infléchisse l’encadrement des promotions en volume, au moins pour les PME, et entende ainsi l’appel exprimé récemment par Gimbert Océan qui a perdu 30 % de chiffre d’affaires sur 2019. Ces millions d’euros sont perdus pour tout le monde, y compris les agriculteurs, qui devaient bénéficier de la loi Egalim. Prolonger l’expérience sans la corriger serait destructeur pour nombre de PME, et donc d’emplois ancrés dans les territoires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Edito] Saurons-nous en tirer les leçons ?

Nous vivons tous une période difficile, les mieux lotis d’entre nous se trouvant privés de la liberté de mouvements…

Edito profiter
[Edito] Coopérer mais pas profiter de la crise

Le 23 mars, la Commission européenne et le Réseau européen de concurrence (Rec) ont fait un point pour répondre aux…

[Edito] Place à la solidarité

La plupart d’entre nous, pour ne pas dire tous, n’avons jamais vécu cela. Une pandémie à la vitesse de propagation…

[Edito] Revoir ses priorités

La menace d’un nouveau virus se confirme, et les Français se ruent vers les pâtes, le riz, la farine, les conserves de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio