Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Peu de sélection en Chine

Le troupeau allaitant chinois compte un très grand nombre de races bovines. Tour d’horizon de ce cheptel majoritairement viande.

Le cheptel bovin chinois compte 22 millions de buffles.
Le cheptel bovin chinois compte 22 millions de buffles.
© Catherine Madzak/Inra/archives

La Chine est devenue en 2013 un des premiers importateurs mondiaux de viande bovine. Conscient de cette nouvelle dépendance, le gouvernement a lancé l’année dernière un plan de relance de l’élevage bovin à l’horizon 2020. Mais à quoi ressemble le cheptel bovin chinois ? Il compte environ 100 millions de bovins de races à viande, 12 millions de bovins lait, 22 millions de buffles et 7 millions de yacks. « La plupart des bovins de l’Empire du Milieu n’ont jamais été sélectionnés ni pour le lait, ni pour la viande, mais pour le travail. Leur rendement est donc faible », note Jean-Marc Chaumet du département économie de l’Institut de l’élevage. Il existe 72 races bovines au total, dont 52 d’origine locale, sept sélectionnées et 13 d’origine étrangère. Parmi les races locales, « la Qinchuan, la Nanyang, la Luxi, la Jin’nan et la Yanbian sont les plus représentées. Quatre d’entre elles se situent dans les plaines centrales de la Chine, là où se concentre la production viande. La cinquième est localisée à proximité de la frontière coréenne. Elles semblent les plus adaptées pour développer de vraies races allaitantes grâce à leur gabarit plus important et à leur meilleure conformation par rapport aux autres races locales », poursuit-il. Malgré tout, leur vitesse de croissance, leur conformation et leur rendement en carcasse restent médiocres.


Treize races d’origine étrangère se sont implantées en Chine


Les travaux systématiques sur l’amélioration génétique des bovins ont vraiment commencé à partir des années 1990. Cependant, les races sélectionnées ne représentent encore aujourd’hui que 18 % de l’effectif total. L’amélioration des races bovines, en Chine, avance ainsi lentement. Au total, 28 races étrangères ont été importées dans le pays, 19 de type viande et 9 de type laitier. Seulement treize se sont vraiment implantées, notamment la Simmental – conduite en viande. Une race Simmental chinoise a d’ailleurs été développée. On rencontre également la Charolaise, l’Angus, la Limousine, la Hereford… Une étude chinoise comparant trois races locales à des races importées (Simmental et Limousine) a montré que ces dernières disposaient de meilleurs résultats économiques que les premières « grâce à de meilleurs GMQ, coût de production et rendement à l’abattage. » Toutefois, les races locales se valorisent mieux, grâce à leur persillé de viande supérieur, qui plaît au consommateur. Une conduite en croisement a été testée, mais un manque de coordination n’a pas permis d’aboutir. De plus, le plan de relance précise que la Chine doit s’appuyer sur les ressources locales chinoises avec une introduction « rationnelle » des lignées améliorées en provenance de l’étranger.


Pour en savoir plus : Idèle Chine n° 8 mars 2014

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande