Aller au contenu principal
Font Size

Peu de sélection en Chine

Le troupeau allaitant chinois compte un très grand nombre de races bovines. Tour d’horizon de ce cheptel majoritairement viande.

Le cheptel bovin chinois compte 22 millions de buffles.
Le cheptel bovin chinois compte 22 millions de buffles.
© Catherine Madzak/Inra/archives

La Chine est devenue en 2013 un des premiers importateurs mondiaux de viande bovine. Conscient de cette nouvelle dépendance, le gouvernement a lancé l’année dernière un plan de relance de l’élevage bovin à l’horizon 2020. Mais à quoi ressemble le cheptel bovin chinois ? Il compte environ 100 millions de bovins de races à viande, 12 millions de bovins lait, 22 millions de buffles et 7 millions de yacks. « La plupart des bovins de l’Empire du Milieu n’ont jamais été sélectionnés ni pour le lait, ni pour la viande, mais pour le travail. Leur rendement est donc faible », note Jean-Marc Chaumet du département économie de l’Institut de l’élevage. Il existe 72 races bovines au total, dont 52 d’origine locale, sept sélectionnées et 13 d’origine étrangère. Parmi les races locales, « la Qinchuan, la Nanyang, la Luxi, la Jin’nan et la Yanbian sont les plus représentées. Quatre d’entre elles se situent dans les plaines centrales de la Chine, là où se concentre la production viande. La cinquième est localisée à proximité de la frontière coréenne. Elles semblent les plus adaptées pour développer de vraies races allaitantes grâce à leur gabarit plus important et à leur meilleure conformation par rapport aux autres races locales », poursuit-il. Malgré tout, leur vitesse de croissance, leur conformation et leur rendement en carcasse restent médiocres.


Treize races d’origine étrangère se sont implantées en Chine


Les travaux systématiques sur l’amélioration génétique des bovins ont vraiment commencé à partir des années 1990. Cependant, les races sélectionnées ne représentent encore aujourd’hui que 18 % de l’effectif total. L’amélioration des races bovines, en Chine, avance ainsi lentement. Au total, 28 races étrangères ont été importées dans le pays, 19 de type viande et 9 de type laitier. Seulement treize se sont vraiment implantées, notamment la Simmental – conduite en viande. Une race Simmental chinoise a d’ailleurs été développée. On rencontre également la Charolaise, l’Angus, la Limousine, la Hereford… Une étude chinoise comparant trois races locales à des races importées (Simmental et Limousine) a montré que ces dernières disposaient de meilleurs résultats économiques que les premières « grâce à de meilleurs GMQ, coût de production et rendement à l’abattage. » Toutefois, les races locales se valorisent mieux, grâce à leur persillé de viande supérieur, qui plaît au consommateur. Une conduite en croisement a été testée, mais un manque de coordination n’a pas permis d’aboutir. De plus, le plan de relance précise que la Chine doit s’appuyer sur les ressources locales chinoises avec une introduction « rationnelle » des lignées améliorées en provenance de l’étranger.


Pour en savoir plus : Idèle Chine n° 8 mars 2014

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande