Aller au contenu principal

Réduire les phénols volatils grâce aux écorces de levures

Traiter les vins avec des écorces de levure peut contribuer à limiter les mauvais goûts liés aux contaminations par Brettanomyces… sans toutefois les éliminer totalement.

Un traitement de dix jours aux écorces de levures AntiBrett peut atténuer les mauvais gouts liés aux Brettanomyces. © AEB
Un traitement de dix jours aux écorces de levures AntiBrett peut atténuer les mauvais gouts liés aux Brettanomyces.
© AEB

Les parois de levure sont pleines de vertus insoupçonnées. On connaît leur intérêt pour détoxifier les moûts, pour coller les vins ou éliminer de la couleur. On connaît moins leur capacité à fixer les mauvais arômes et notamment les phénols volatils, aux notes de sueur-écurie, produits par les redoutées Brettanomyces.

Le fournisseur AEB est pour l’instant le seul à proposer des écorces de levures sélectionnées pour cette fonction avec l’AntiBrett, un mélange d’écorces de levure (92 %) et d’enzymes (8 %). La société a relancé récemment des essais de son produit dans l’Entre-deux-Mers sur des assemblages à base de merlot. Résultat : « sur les millésimes 2017 et 2018 nous avons diminué les teneurs en phénols volatils de 12 à 33 % selon les vins », résume André Fuster, référent technique zone sud chez AEB France.

Une aide pour passer sous le seuil de perception

L’AntiBrett n’élimine donc jamais la totalité des phénols volatils. « Mais il s’avère très intéressant sur des vins peu contaminés pour lesquels on arrive à baisser la teneur en éthyl-phénols sous leur seuil de perception », considère André Fuster. On peut également l’ajouter en traitement complémentaire sur des vins moyennement contaminés. « Par exemple, on peut réussir à masquer totalement les notes d’écurie par un ajout d’écorces de levures couplé à un apport de copeaux », suggère l’œnologue.

Sur des vins plus atteints, seul un traitement classique par osmose inverse et passage sur colonne de charbon sera efficace pour éliminer les mauvais goûts. « Dans ce cas, un ajout préalable d’AntiBrett peut cependant se révéler intéressant d’un point de vue financier, précise André Fuster. En diminuant les teneurs en phénols volatils avant le passage sur l’osmoseur, on réduit le coût du traitement osmose-charbon. » Celui-ci revient en effet à environ 10 €/hl contre 1,60 €/hl pour le traitement aux écorces.

Les écorces de levure s’ajoutent de préférence après un traitement d’élimination des Brettanomyces, comme une filtration tangentielle ou un apport de chitosane. Les doses efficaces varient entre 20 et 80 g/hl mais la réglementation limite l’apport de dérivés de levure à 40 g/hl. « Il est nécessaire de procéder à des essais de doses préalables, conseille l’œnologue, car à dose élevée on peut déprécier la qualité des tanins. » Le traitement dure dix jours, sans brassage, suivis par un soutirage ou une filtration.

AVIS D'EXPERT : Dominique Omnes, œnologue conseil en Gironde

« Efficace sur les vins moyennement impactés »

« J’ai testé le traitement aux écorces de levures plusieurs fois en quatre ou cinq ans. Ce n’est pas une méthode miracle, elle ne suffit pas sur des vins trop marqués par les phénols volatils, mais elle fonctionne très bien sur les vins moyennement impactés. Par exemple j’ai vu des vins à 800-900 µg/l d’éthyl-phénols avant traitement retomber à 400-500µg/l après, soit une valeur proche du seuil de détection. L’ajout d’écorces peut donc parfois suffire pour pouvoir commercialiser le vin tel quel ou en assemblage et pour un faible coût. Je le conseille même par anticipation sur des vins sous le seuil de détection, à 250-300µg/l : après traitement, on retrouve un caractère fruité plus exubérant et on nettoie les tanins pâteux. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
La viticulture bio progresse fortement dans 4 régions en 2020
Si en 2020, la viticulture bio a progressé en surface de 22% par rapport à 2019, elle le doit à un essor particulièrement marqué…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole