Aller au contenu principal

Libre-échange UE-MERCOSUR : la filière inquiète

Parmi les nombreuses préoccupations de la filière bovine exprimées lors de l’Assemblée Générale de la FNB, la semaine dernière à Metz, le projet de libre-échange entre l’UE et le MERCOSUR fait craindre des importations massives en provenance de pays très compétitifs.

Pour la première fois en 2003, l’Union européenne est importatrice nette de viande bovine. Cette situation inédite s’explique par une baisse continue de la production (-3 % en 2003, selon les données de l’Institut de l’Elevage), liée à la diminution du cheptel, ainsi qu’à une légère progression de la consommation, qui retrouve les niveaux d’avant crise.

Libre-échange avec le Mercosur : mise en garde

Face à ce déséquilibre, la Communauté a donc largement importé (+8%, soit 515 000 téc) et n’a effectué qu’une pression minime sur le marché mondial (477 000 téc exportées) en 2003.

Cette nouvelle donne n’est pas sans inquiéter les représentants de la FNB, réunis la semaine dernière à Metz, à l’occasion de leur assemblée générale. Les négociations sur le projet de libre-échange entre l’UE et le Mercosur sont en effet relancées, et un accord devrait être trouvé avant la fin 2004.

À ce sujet, Pierre Chevalier, président la FNB a alerté Hervé Gaymard, ministre de l’Agriculture, sur les dangers d’un principe de zone de libre-échange pour le domaine agricole, et plus particulièrement pour le secteur de la production bovine. Les structures et les coûts de production de ces pays leur confèrent une compétitivité sans rapport avec celle de l’Union.

Les chiffres brésiliens sont à ce titre sans équivoque. Un cheptel de 168 millions de têtes en 2002 (source : Institut de l’Elevage), une forte progression de la production (7,15 millions de tonnes abattues en 2002, contre 5,2 millions il y a 6 ans) mais surtout un coût de revient de l’ordre de 7 euros/kg du filet (soit 11 à 12 euros/kg «rendu UE», contre un prix de gros européen de l’ordre de 16 euros/kg) : de tels résultats expliquent facilement la croissance exponentielle des exportations (1 million de tonnes en 2002 contre 400 000 tonnes il y a 6 ans). La compétitivité du pays a été de plus renforcée par la dévaluation de réal et la revalorisation de l’euro.

Plus généralement, les exportations du Mercosur, zone commerciale regroupant le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, ont pu, face à la moindre compétitivité européenne, gagner des parts sur le marché mondial.

En premier lieu, les envois vers l’Union européenne ont progressé de 4 %, principalement à cause de la forte augmentation des exportations brésiliennes (+22 %), au détriment de l’Argentine et du Paraguay. Mais d’autres marchés, perdus à la suite de l’ESB, ont également été conquis : le marché russe, vers lequel les exportations ont été doublées, ainsi que les marchés du Proche et Moyen-Orient.

A côté du Brésil, d’autres pays émergent au sein du Mercosur. L’Uruguay, après deux années de fermeture suite à la fièvre aphteuse, a pu en 2003 reconquérir deux marchés rémunérateurs : les Etats-Unis et le Canada.

Un marché mondial amené à évoluer

Toutefois, la zone pacifique risque fort d’être perturbée par l’ESB découverte dans ces deux pays, et les mesures d’embargo prises par le Japon, la Corée du Sud et 30 autres pays clients des Etats-Unis sont de nature à changer la donne du marché mondial.

Autre point à considérer pour établir des prévisions pour 2004 : au sein de l’UE, l’arrivée des PECO ainsi que le probable arrêt du programme britannique d’élimination de la consommation humaine d’animaux de plus de 30 mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
La France possède les plus grandes surfaces de légumes secs bio dans le monde

Avec près de 131 070 hectares de surfaces de légumes secs cultivées en agriculture biologique en 2019, la France se hisse à la…

Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio