Aller au contenu principal

[Édito] Christophe Bonno, directeur général de Maïsadour, a la parole !

[Édito] Christophe Bonno, directeur général de Maïsadour, a la parole !
© Maïsadour

Pour ce dernier numéro des Marchés Hebdo, nous avons voulu donner la parole à un ancien acteur de la distribution, passé côté industriel puis désormais du côté de la coopération agricole. Christophe Bonno, tout nouveau directeur général de Maïsadour, a été le temps d’un numéro notre rédacteur en chef invité. L’enjeu de la construction de filières performantes et économiquement viables est central pour lui et un impératif pour impulser le virage vers la transition agroécologique, thème au cœur de la feuille de route qui lui a été confiée. Retrouver une rentabilité durable pour financer les investissements et mettre en place les innovations nécessaires à cette transition, tels sont les défis que le groupe coopératif du Sud-Ouest souhaite relever. La difficile conciliation entre rémunération des agriculteurs et préservation du pouvoir d’achat des consommateurs, la durabilité, le bien-être animal, la relocalisation des matières premières sont autant de sujets qui préoccupent sa coopérative. Ce sont des thématiques que nous savons aussi centrales pour vous et que nous continuerons de traiter de manière approfondie l’année prochaine dans notre nouveau mensuel Les Marchés Mag. Nous voulons qu’il soit un outil d’éclairage, de décryptage et de décision dans cet environnement mouvant où l’amont et l’aval doivent plus que jamais échanger. Merci à Christophe Bonno d’avoir accepté ce défi ! La rédaction se joint à moi pour vous souhaiter, chers lecteurs, une bonne trêve des confiseurs. On vous donne rendez-vous en janvier sous un nouveau système d’information et en pleine forme ! Bonnes fêtes de fin d’année à tous.

@aslebras

La rémunération des agriculteurs doit être garantie
Après l’échec de la loi Egalim 1, une seconde version, Egalim 2, est très attendue par les secteurs agricoles et agroalimentaires. Le sujet de la rémunération des agriculteurs et une volonté de sauvegarder la souveraineté alimentaire étant au cœur des débats, le gouvernement s’est donc penché sur une autre proposition législative.
La loi Egalim 2 représente une réelle avancée dans la protection de la rémunération de nos agriculteurs, en garantissant systématiquement la répercussion des coûts des matières premières dans le prix de vente et de ne pas avoir à négocier ce qui est, en fait, non négociable comme le cours des céréales ou de l’énergie. Cette protection de la rémunération, qui se doit transparente vis-à-vis de nos clients, est facilitée par notre modèle d’organisation. En effet, notre fonctionnement en filière nous impose d’identifier clairement la part des matières premières tout au long de la chaîne de valeur. La mise en place de cette loi nous permettra de financer l’agroécologie, réponse urgente au changement climatique et très forte attente des consommateurs et de la société. Les solutions, en matière de développement durable, nous les avons ; il suffit de soutenir économiquement leur financement, leurs mises en œuvre et leurs débouchés. Le modèle coopératif est une formidable opportunité pour réaliser cette transformation agricole. Il permet à nos adhérents agriculteurs de vivre durablement de leur métier et favorise l’accueil et le renouvellement des générations.
Cette transition agroécologique et la protection de notre modèle agricole français passeront effectivement par un nécessaire financement, qui représente un des défis de demain. C’est le prix à payer si nous souhaitons garantir aux générations futures un environnement préservé et une alimentation saine et durable conformément aux engagements pris par tous lors des états généraux de l’alimentation.
Christophe Bonno, directeur général du groupe coopératif Maïsadour
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Au 1er janvier 2022, chaque élevage devra se doter d'un référent bien-être animal
Le journal officiel du 29 décembre institue la désignation d’un responsable du bien-être animal dans chaque élevage d’animaux de…
Prix du beurre : les professionnels de la BVP appellent à l’aide
Les professionnels de la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie alertent sur l’explosion du prix du beurre et des difficultés d’…
La Coopération laitière fait le point sur les coopératives laitières françaises.
Prix du lait : La FNPL dénonce les pratiques "illégales" de Sodiaal
La FNPL dénonce dans une lettre ouverte la pratique illégale du groupe Sodiaal de pratiquer un correctif sur le prix du lait lié…
Siège social de Cooperl. © Cooperl
Porc : Cooperl étend ses unités de transformation
L’entreprise mexicaine Sigma, propriétaire du groupe Campofrio en Espagne a cédé deux entreprises de transformation de viande à…
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
La baisse du maïs temporise les hausses en blé et soja.
Un couple d’éleveurs va créer un abattoir de bovins bio à la ferme
Kathleen et Michel Bremont ont obtenu une aide de l’Europe et de la région Normandie pour financer près du tiers de leur projet d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio