Aller au contenu principal
Font Size

L’assurance climatique représente jusqu’à 4 % des charges d'une exploitation agricole moyenne

Selon les éléments donnés par le ministère de l'agriculture, le coût de l'assurance climatique se situe pour l'exploitant entre 20 et 50 euros/ha, en fonction des cultures assurées.

© Ministère de l'Agriculture/Réussir

Le ministère de l’Agriculture a publié un guide sur l’assurance multirisque climatique pour la campagne 2018. Dans ce dossier, il donne à titre indicatif le montant moyen des primes par hectare et des capitaux assurés. Les montants des primes d’assurance varient selon les types de cultures. Selon les chiffres du ministère de l'Agriculture, alors qu’en céréales elles avoisinent les 36 €/ha, en cultures industrielles, elles frôlent les 90 €/ha (voir graphique 1). Toutefois, rapportée au montant des capitaux, les taux de cotisation restent relativement faibles allant de 2,7 % pour les céréales à 7 % pour les oléagineux (voir graphique 2). Ces coûts varient également selon la franchise et le seuil de déclenchement choisi. Les niveaux de garantie diffèrent selon le capital assuré et l’organisme souscripteur. Il est donc conseillé de comparer les contrats proposés.

Une prime de 21,7 €/ha en moyenne

Les subventions, quant à elles, changent selon le niveau de garantie de l’offre souscrite. Elles peuvent être de 65 % pour le contrat de base, appelé « socle » (franchise de 30 % pour les contrats groupe de cultures ou 20 % pour toute l’exploitation et seuil de déclenchement à 20 %). Pour des garanties supplémentaires optionnelles, le taux de subvention diminue à 45 %. La prime à la charge de l’exploitant oscille donc entre 21,7 €/ha pour les céréales et 53,8 €/ha pour les cultures industrielles et les oléagineux. Des disparités importantes sur le montant des cotisations subventionnables en céréales sont remarquées sur le territoire français. Dans le sud de la France la cotisation peut dépasser les 60 €/ha alors que dans le nord, elle varie entre 0 et 20 €/ha. Le coût des primes d’assurance réellement payées est à relativiser par rapport aux charges opérationnelles (issues du Rica 2014). Le poids de cette prime représente en moyenne à peine 2 % pour les céréales, les protéagineux et plantes industrielles tandis qu’elle représente 4 % pour les oléagineux (voir graphique 3 ).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures