Aller au contenu principal

Orge
Deux « nouvelles » maladies à surveiller

On les avait presque oubliées et pourtant, sur orge, les grillures polliniques ont marqué une recrudescence en 2002. La ramulariose, due au champignon Ramularia collocygni, a également été identifiée pour la première fois en France au printemps dernier.


« Les grillures polliniques sont apparues sur orge fin mai, de façon quasi généralisée en région Centre et Champagne. La présence de pollen sur la feuille est très souvent associée à ces symptômes. Mais on peut rencontrer ces grillures même en l´absence de pollen, » remarque Claude Maumené, spécialiste fongicides à l´ITCF (Institut technique des céréales et des fourrages). « Les grillures polliniques se caractérisent par de fines ponctuations brunes réparties uniformément sur la partie de la feuille exposée au soleil. Les taches sont beaucoup moins présentes sur la face inférieure des limbes. » Si en France l´impact de ce « phénomène » sur le rendement n´est pas clairement déterminé, en Allemagne, en revanche, il a été constaté jusqu´à 30 quintaux par hectare de perte sur une culture.

L´origine de la maladie n´est pas clairement identifiée
Les origines précises de l´affection ne sont pas encore clairement établies même si des facteurs comme l´humidité de l´air ou l´intensité du rayonnement semblent favoriser leur apparition. Les champignons ne semblent pas en cause.
Pourtant des fongicides ont pour effet de limiter l´apparition des taches. « Nous pensons que les produits agissent comme un facteur anti-stress (comme la pyraclostrobine mais aussi Rombus.), déclare Claude Maumené. L´intensité des symptômes est variable également selon la variété. Un essai ITCF à Ouzouer-le-Marché en 2002 montre des niveaux de symptômes élevés sur Plaisant, Estérel pour les escourgeons, Archipel, Sunrise et Clara pour les orges à deux rangs. Mais les variétés peu touchées sont beaucoup plus nombreuses.

Découverte de la ramulariose en France
Le champignon Ramularia collocygni a, pour sa part, été identifié pour la première fois en France au printemps dernier. Sur orge, les symptômes peuvent être confondus avec ceux de l´helminthosporiose. Néanmoins, la présence d´une fine poussière blanche visible à la loupe sur la face inférieure de la feuille permet de reconnaître la ramulariose. La maladie est présente dans de nombreux pays européens. Le développement sur les cultures est tardif. Le champignon accélère la sénescence du feuillage. L´impact sur le rendement n´est pas jugé important.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures