Aller au contenu principal
Font Size

Dégâts d'oiseaux sur les cultures de légumes : la piste de l’effarouchement connecté

Les corvidés et les colombidés (pigeons) sont la première cause de dégradation du potentiel de rendement en culture de chou, comme ici avec l'arrachage de jeunes plants. © M.Davy
Les corvidés et les colombidés (pigeons) sont la première cause de dégradation du potentiel de rendement en culture de chou, comme ici avec l'arrachage de jeunes plants.
© M.Davy

Témoignage de Maxime Davy, Ingénieur-Unité plein champ CTIFL/Terre d’Essais, lors de la conférence du Sival 2020 "Observation et prévention sur les territoires des dégâts d’oiseaux".

« Dans les systèmes légumiers de Bretagne nord, les oiseaux déprédateurs appartenant aux familles des corvidés (choucas des tours, corbeaux freux) et des colombidés (pigeons) sont la première cause de dégradation du potentiel de rendement en culture de chou. Ils causent également des dégâts en culture de salade, d’échalote, d’artichaut… En 2016, une étude réalisée par la Chambre d’agriculture du Finistère mentionnait que plus de 70 % des exploitations légumières du département subissaient des dégâts de pigeons ramiers, notamment sur plants de choux du printemps au mois d’août. Et la problématique tend à s’exacerber ces dernières années, probablement sous l’effet des changements des pratiques agricoles, des modifications de l’occupation du territoire et du changement climatique. Les moyens de gestion actuels consistent essentiellement en l’utilisation de dispositifs d’effarouchement et par des destructions d’individus. Mais l’efficacité de ces techniques est limitée. Une approche intégrée multi-échelle est nécessaire pour améliorer cette gestion. Pour ce faire, nous manquons actuellement de connaissances sur l’écologie et les dynamiques de populations au sein de nos territoires. Des projets mobilisant les nouvelles technologies de l’information sont en cours afin de faciliter l’acquisition de ces connaissances. Ainsi le projet Optodoc a été proposé. Celui-ci, porté par Terres inovia (Institut technique des oléo-protéagineux) et auquel participe le CTIFL et la station bretonne Terre d’essais, vise à coupler une caméra à l’intelligence artificielle afin d’identifier automatiquement et de façon autonome les espèces qui fréquentent la parcelle et de mesurer leur temps de présence. Cette technologie donnerait la possibilité de faire de « l’effarouchement connecté » selon la nature et la présence des déprédateurs. La gestion durable de ces ravageurs passera par une coordination forte entre tous les acteurs territoriaux (citoyens, commune, communauté de communes, Département, Région, Chambre d’agriculture, organisation de producteurs, fédérations de chasse, Fredon, centre de recherche et institut technique, universités). »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes