Aller au contenu principal

Boiteries : quelles lésions podales affectent le plus les jeunes bovins en engraissement ?

Dans le cadre du projet Feedlame, plusieurs milliers de pieds de jeunes bovins (JB) ont été examinés post-mortem en abattoir. Ces premiers résultats soulignent que le panaris et la dermatite digitale ne sont pas les seules lésions présentes en ateliers d’engraissement.

Cette première étude apporte une base de connaissances unique et inédite sur les lésions podales affectant les jeunes bovins en France.
Cette première étude apporte une base de connaissances unique et inédite sur les lésions podales affectant les jeunes bovins en France.
© Idele

Dans le cadre du projet Feedlame, piloté par l’UMR Inrae – Oniris BioEpar et réalisé en partenariat avec l’Idele – des relevés post-mortem ont été effectués dans trois abattoirs en France en mai 2023. Les pieds de 649 jeunes bovins (1) ont été inspectés et parés, avec l’objectif d’approcher la prévalence des lésions podales en ateliers d’engraissement. « Les principales lésions non infectieuses affectant les JB étaient les bleimes (82 %) et les ouvertures de ligne blanche (40 %). Les lésions infectieuses étaient également fréquentes, notamment l’érosion du talon (64 %) et la dermatite digitale (30 %) », énonce Anne Relun, maître de conférences en médecine bovine à Oniris et encadrante de cette thèse.

Les affections susceptibles de faire boiter

Parmi les lésions les plus douloureuses pouvant être à l’origine de boiteries ont été identifiées la dermatite digitale de stade d’évolution M2 (1 JB atteint sur 6), l’érosion du talon de niveau de gravité 3 (1 JB atteint sur 14) et les ouvertures de ligne blanche de niveaux 3 et 4 (1 JB atteint sur 20) (2).

Cependant, « les relevés de ces lésions ayant été réalisés sur des animaux admis à l’abattoir, ils ne sont pas le reflet exact des situations qui pourraient être rencontrées dans les élevages, nuance Aurore Duvauchelle Waché, vétérinaire chargée de projets santé et bien-être des ruminants à l’Idele. Il existe notamment un risque de sous-estimation de certaines lésions comme le panaris. Cette maladie infectieuse est régulièrement traitée en élevages et peut être résolue. Mais en cas de non-guérison, l’animal peut ne pas être transportable vers l’abattoir selon le degré de sévérité. »

Une deuxième session de prélèvements est en cours dans trois abattoirs en France, afin de préciser le type d’affections qui surviennent en ateliers d’engraissement. Néanmoins, « le relevé post-mortem ne pourra permettre de conclure de manière exhaustive sur la prévalence des lésions podales qui touchent les JB tout au long de l’engraissement. Seuls l’observation et le parage régulier des pieds des JB pourraient apporter ces informations », reprend Anne Relun.

Le projet Feedlame se poursuit donc, et vise à étudier la cause d’apparition des boiteries et les moyens de les maîtriser pour minimiser leurs dégâts. À la lumière de ces premiers résultats, les experts espèrent renforcer l’intérêt des éleveurs, qui sont « au premier plan pour la prévention, la détection et le traitement des boiteries de leurs animaux ».

(1) 59 % des animaux étaient de race charolaise, mais cette proportion variait en fonction de l’abattoir. Les JB de l’échantillon provenaient de 289 élevages naisseurs et ont été engraissés dans 126 élevages engraisseurs, en majorité répartis dans les bassins du Nord-Est et du Grand Ouest.
(2) Le stade M2 de la dermatite digitale est le plus douloureux pour les animaux. Pour toutes les autres lésions podales, le niveau de gravité maximum retrouvé sur l’individu est de 3 ou « nécrosé ».

Les boiteries représentent le deuxième trouble de santé le plus fréquent en atelier d’engraissement

Dans le cadre de cette étude, un questionnaire a également été adressé aux éleveurs engraisseurs de jeunes bovins en France. Au total, trente répondants ont participé. Selon les éleveurs, juste après les maladies respiratoires, les boiteries constituent les affections qui ont le plus d’impact sur leurs élevages. Elles se positionnent même en tête avec les blessures en termes d’impact sur le bien-être animal. Les principales causes identifiées étaient les lésions podales et les traumatismes. D’après l’échantillon, « les boiteries toucheraient la quasi-totalité des ateliers d’engraissement et leur prévalence augmenterait au cours de l’engraissement, soit parce que les conditions d’engraissement des jeunes bovins favorisent leur apparition, soit parce que celles-ci sont peu ou mal soignées », décrit la thèse vétérinaire. Les éleveurs sondés identifient l’alimentation comme principal facteur de risque d’apparition des boiteries. Si leur prise en charge par les éleveurs est assez hétérogène, ce type d’affection est source de préoccupations sur tous les plans : incidence sur le bien-être animal, dégradation du statut sanitaire de l’élevage, pertes économiques, hausse du temps et de la pénibilité du travail et le moral de l’éleveur est mis à mal.

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

Légende
« Je conduis mes vaches gasconnes des Pyrénées à 100 % en IA et en système plein air »

Dans le piémont de la montagne Noire, Myriam Collignon élève une centaine de gasconnes des Pyrénées conduites en plein air et…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande