Aller au contenu principal
Font Size

Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses

Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’apparition du risque de picage.

Il n’existe aucune solution miracle contre le picage qui peut survenir dans les élevages de poules pondeuses. Le projet Casdar Epointage a mis en évidence les facteurs associés au picage. Il propose des trois types d’actions pour limiter les risques d’apparition, reposant sur une approche globale de l’élevage.

1 Préparer les poulettes à bien réagir aux stress

De nombreux comportements dépendent de facteurs très précoces. Afin de limiter l’apparition du comportement de picage sévère au stade pondeuse, il est important que les animaux puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge, ce qui permettra une meilleure utilisation des équipements en bâtiment de pondeuse : perchoirs, plateformes, enrichissements. Il convient également d’habituer les poulettes à certaines perturbations de l’environnement, comme la présence de l’homme ou le bruit. Il est donc important que l’éleveuse ou l’éleveur de poulettes soit très présent dans le bâtiment lors des premiers jours de vie, en particulier les premières heures après la mise en place : trois heures passées au calme avec les poussins à leur arrivée ont beaucoup plus d’impact que trois heures passées quelques jours plus tard. La présence d’une radio dans la salle d’élevage permettra d’habituer les poulettes au bruit. Il faut tout de même éviter les bruits très aigus ou les niveaux sonores de plus de soixante décibels.

2 Conduire et surveiller les pondeuses

Le management du bâtiment d’élevage et la surveillance des animaux jouent un rôle essentiel pour limiter les risques d’apparition du comportement de picage.

Cinq points clés sont à suivre en priorité :

- maintenir une ambiance saine (température, hygrométrie et vitesse d’air) ;

- disposer d’une litière sèche et friable ;

- limiter le parasitisme externe (pou rouge) ou interne (vers intestinaux) ;

- disposer d’une luminosité homogène, effectuer un allumage et une extinction progressifs, limiter l’entrée excessive de lumière naturelle (avec un débord de toit, des volets ou rideaux adaptés) ;

- prévoir un système de gestion des coups de chaleur (brumisation haute pression, pad cooling) en veillant à habituer les animaux au bruit que génèrent ces systèmes.

 

3 Enrichir le milieu d’élevage

L’enrichissement du milieu stimule les capacités d’apprentissage et les interactions entre l’animal et son environnement. Il réduit ainsi les comportements de peur et aide l’oiseau à s’adapter aux variations des conditions d’élevage. Pour maintenir la curiosité des animaux, il est important de mettre à disposition des enrichissements de diverses natures (balles de paille ou luzerne, blocs à piquer, objets à picorer) et de renouveler les enrichissements trop usés. Il est essentiel de mettre en place des enrichissements dès le stade poulette pour une efficacité maximale. Un bon aménagement des parcours permettra également une meilleure sortie des animaux réduisant ainsi la densité à l’intérieur du bâtiment et favorisant l’expression de comportements exploratoires à l’extérieur.

 

 

« De bonnes conditions d’ambiance sont déterminantes »

« côté web » : Le détail des recommandations est disponible dans le guide technique téléchargeable sur www.itavi.asso.fr

L’épointage diversement appliqué

L’épointage du bec des poules pondeuses est réalisé au couvoir par traitement Infrarouge du bec des poulettes sur moins d’un tiers de la longueur du bec. Il est autorisé en France et réglementé par la Directive européenne 1999/74/EC. L’épointage est interdit depuis longtemps en Norvège, Finlande et Suède et plus récemment en Allemagne, Autriche, Suisse, Pays-Bas. Cette interdiction concerne aussi les élevages français exportant les œufs à destination de ces pays.

Une détection précoce pour réagir vite

L’un des premiers signes de la présence de picage en élevage est l’irrégularité du plumage. Les principales zones piquées sont la partie dorsale et la base de la queue. Afin de détecter précocement le picage, la présence de l’éleveur est essentielle pour observer la présence de plumes dans la litière, évaluer l’état de l’emplumement et la présence de lésions, vérifier l’absence de lésion de picage sur les animaux trouvés morts, en particulier dans la zone cloacale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)