Aller au contenu principal

Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses

Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’apparition du risque de picage.

Il n’existe aucune solution miracle contre le picage qui peut survenir dans les élevages de poules pondeuses. Le projet Casdar Epointage a mis en évidence les facteurs associés au picage. Il propose des trois types d’actions pour limiter les risques d’apparition, reposant sur une approche globale de l’élevage.

1 Préparer les poulettes à bien réagir aux stress

De nombreux comportements dépendent de facteurs très précoces. Afin de limiter l’apparition du comportement de picage sévère au stade pondeuse, il est important que les animaux puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge, ce qui permettra une meilleure utilisation des équipements en bâtiment de pondeuse : perchoirs, plateformes, enrichissements. Il convient également d’habituer les poulettes à certaines perturbations de l’environnement, comme la présence de l’homme ou le bruit. Il est donc important que l’éleveuse ou l’éleveur de poulettes soit très présent dans le bâtiment lors des premiers jours de vie, en particulier les premières heures après la mise en place : trois heures passées au calme avec les poussins à leur arrivée ont beaucoup plus d’impact que trois heures passées quelques jours plus tard. La présence d’une radio dans la salle d’élevage permettra d’habituer les poulettes au bruit. Il faut tout de même éviter les bruits très aigus ou les niveaux sonores de plus de soixante décibels.

2 Conduire et surveiller les pondeuses

Le management du bâtiment d’élevage et la surveillance des animaux jouent un rôle essentiel pour limiter les risques d’apparition du comportement de picage.

Cinq points clés sont à suivre en priorité :

- maintenir une ambiance saine (température, hygrométrie et vitesse d’air) ;

- disposer d’une litière sèche et friable ;

- limiter le parasitisme externe (pou rouge) ou interne (vers intestinaux) ;

- disposer d’une luminosité homogène, effectuer un allumage et une extinction progressifs, limiter l’entrée excessive de lumière naturelle (avec un débord de toit, des volets ou rideaux adaptés) ;

- prévoir un système de gestion des coups de chaleur (brumisation haute pression, pad cooling) en veillant à habituer les animaux au bruit que génèrent ces systèmes.

 

3 Enrichir le milieu d’élevage

L’enrichissement du milieu stimule les capacités d’apprentissage et les interactions entre l’animal et son environnement. Il réduit ainsi les comportements de peur et aide l’oiseau à s’adapter aux variations des conditions d’élevage. Pour maintenir la curiosité des animaux, il est important de mettre à disposition des enrichissements de diverses natures (balles de paille ou luzerne, blocs à piquer, objets à picorer) et de renouveler les enrichissements trop usés. Il est essentiel de mettre en place des enrichissements dès le stade poulette pour une efficacité maximale. Un bon aménagement des parcours permettra également une meilleure sortie des animaux réduisant ainsi la densité à l’intérieur du bâtiment et favorisant l’expression de comportements exploratoires à l’extérieur.

 

 

« De bonnes conditions d’ambiance sont déterminantes »

« côté web » : Le détail des recommandations est disponible dans le guide technique téléchargeable sur www.itavi.asso.fr

L’épointage diversement appliqué

L’épointage du bec des poules pondeuses est réalisé au couvoir par traitement Infrarouge du bec des poulettes sur moins d’un tiers de la longueur du bec. Il est autorisé en France et réglementé par la Directive européenne 1999/74/EC. L’épointage est interdit depuis longtemps en Norvège, Finlande et Suède et plus récemment en Allemagne, Autriche, Suisse, Pays-Bas. Cette interdiction concerne aussi les élevages français exportant les œufs à destination de ces pays.

Une détection précoce pour réagir vite

L’un des premiers signes de la présence de picage en élevage est l’irrégularité du plumage. Les principales zones piquées sont la partie dorsale et la base de la queue. Afin de détecter précocement le picage, la présence de l’éleveur est essentielle pour observer la présence de plumes dans la litière, évaluer l’état de l’emplumement et la présence de lésions, vérifier l’absence de lésion de picage sur les animaux trouvés morts, en particulier dans la zone cloacale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’abattoir de volailles SNV lance la marque « Fermier de Normandie »
Le transformateur de volailles SNV, les Fermiers du Bocage et le Syvor lancent la marque Fermier de Normandie en grande…
Les huiles essentielles sont bénéfiques aux poussins stressés
Une étude de l’Inrae montre que des poussins ayant subi un stress à l’éclosion sont durablement affectés, mais que des huiles…
Valérie du Retail est séduite par l’autonomie due aux stocks d’aliment et d’eau et les automatismes qui lui permettent de ne pas être dépendante des horaires des poules. Elle préfère se consacrer aux volailles quand bon lui semble pour les observer, leur parler et les soigner. © L. Gouverne
Un petit poulailler mobile pour des poules Bios
À Die dans la Drôme, Valérie du Retail a choisi un poulailler mobile pour son projet agrotouristique écologique. Elle élève 225…
Benoît Drouin, éleveur à Rouez en Champagne et président de la commission bio au sein du Synalaf: « En volaille plein air, l’accès au parcours vaut le meilleur des enrichissements. Les dispositifs de perchage dans les bâtiments n’apportent qu’un plus. » © A. Puybasset
Les poulets de Loué ont aussi leurs perchoirs
Pour se conformer au référentiel de l’étiquetage sur le bien-être animal, les Fermiers de Loué ont équipé leurs poulaillers de…
Le parcours de 1,2 ha a été aménagé entre 1990 et 2012, essentiellement avec des arbres destinés à créer de l’ombrage. © Itavi
Mieux valoriser son parcours de volailles avec la méthode Bouquet
La méthode Bouquet permet à Bruno Durif, éleveur de volailles label rouge dans l’Ain, d’engager une démarche de progrès ciblée…
Marchés de la volaille : des perspectives sombres pour 2021
Nan-Dirk Muller, expert des marchés des viandes de volaille chez Rabobank, prévoit une année 2021 difficile pour l’industrie…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)