Aller au contenu principal

Sojalim double sa capacité de trituration de soja produit dans le Sud-Ouest

La filière soja du Sud-Ouest dispose aujourd’hui d’un outil permettant de triturer 50 000 tonnes de soja par an. Elle approvisionne les éleveurs du groupement Fipso en tourteau de soja produit localement et non OGM.

C’est une véritable filière régionale de production de tourteau de soja qu’ont créé la coopérative Euralis et l’entreprise Sanders depuis 2017.

Avec l’inauguration le 21 mars dernier d’une seconde ligne de trituration dans l’usine Sojalim située à Vic-en-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées, ils disposent aujourd’hui d’un outil permettant de transformer 50 000 tonnes par an de graines de soja produites par les agriculteurs d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine en tourteau, huile et coque. Ces trois produits sont intégralement destinés à l’alimentation animale. 15 000 tonnes sont issues de l’agriculture biologique. « Nous pouvons ainsi approvisionner les filières de productions animales du Sud-Ouest, dont Fipso, en protéines végétales 100 % française non-OGM et non-déforesté », se réjouit Arnaud Cervera, le président de Sojalim, lors de l’inauguration de la seconde ligne de trituration.

Un débouché pérenne

Le doublement de la capacité de production de l’usine a pour objectif de répondre à la demande grandissante des clients, mais aussi d’offrir aux producteurs de soja du Sud-Ouest un débouché pérenne. Cette culture concerne 9 000 hectares chez les adhérents d’Euralis.  « Nos terres à maïs conviennent également au soja, rappelle Franck Camet-Lassalle, responsable grands comptes de la coopérative. Le soja valorise très bien les apports d’eau, tout en ayant des besoins inférieurs de 30 à 50 mm à ceux du maïs. Il constitue un bon précédent cultural, en facilitant la gestion des maladies et des mycotoxines sur les céréales et le maïs. La production est contractualisée, afin de sécuriser le revenu des agriculteurs. » La coopérative Fipso à Lahontan dans les Pyrénées-Atlantiques est l’un des principaux clients de Sojalim.  « Grâce à ce tourteau non OGM et produit localement, nous n’utilisons quasiment plus de tourteau de soja importé dans nos formules d’aliment, explique Joël Ferrand, le président de Fipso. C’est pour nous un atout majeur afin de mieux positionner nos produits auprès de nos clients, en mettant en avant des matières premières produites localement et à bilan carbone réduit. »

Un tourteau riche en matière grasse

L’usine de trituration produit un tourteau expeller. Il est plus riche en matière grasse que le tourteau de soja importé. « Notre objectif prioritaire est de produire des tourteaux. L’huile est un produit secondaire, contrairement aux entreprises américaines triturent pour extraire un maximum d’huile », explique Arnaud Cervera. Une tonne de graines produit 750 kilos de tourteau à 8 % de matière grasse, 110 litres d’huile et 40 kilos de coques. Pour être compétitif dans les formules d’aliment, il est vendu au prix du tourteau de soja importé départ Bilbao (un port de la côte nord de l’Espagne) majoré de 10 euros par tonne. « Sa teneur élevée en protéine (48 % contre 46 % pour le tourteau importé) et en matière grasse (8 % contre 4 %) permet au final de formuler des aliments à des prix compétitifs », explique David Brillouet, responsable porc Mixscience. La seconde ligne de trituration a coûté 2,1 millions d’euros. Une somme inférieure à la première ligne (4 M€), puisqu’au moment de sa construction en 2017, la tour de fabrication avait été dimensionnée pour doubler l’installation.

L’usine Sojalim en image

La trituration du soja consiste à chauffer la graine, puis à la presser. Les trois produits finaux, le tourteau, l’huile et les coques, sont tous utilisés en nutrition animale.

 

 
1-Les graines de soja produites localement sont préalablement tamisées pour enlever les impuretés et les poussières et passent sur un aimant pour enlever les parties ...
1-Les graines de soja produites localement sont préalablement tamisées pour enlever les impuretés et les poussières et passent sur un aimant pour enlever les parties métalliques. Elles sont ensuite concassées pour augmenter la surface d’échange avec la chaleur. Par la même occasion, les coques contenant beaucoup de fibres sont enlevées. Elles seront utilisées pour l’alimentation des ruminants. © D. Poilvet

 

 

 
2-Les graines concassées passent ensuite dans un cuiseur à sept étages. La température augmente progressivement jusqu’à 120 °C. Cette cuisson permet de libérer plus ...
2-Les graines concassées passent ensuite dans un cuiseur à sept étages. La température augmente progressivement jusqu’à 120 °C. Cette cuisson permet de libérer plus facilement l’huile. Elle a aussi pour effet d’éliminer les facteurs antitrypsiques qui perturbent la digestion par les animaux. © D. Poilvet

 

 

 
3-Les graines chauffées sont envoyées dans une presse à triturer qui permet d’extraire l’huile qui sera ensuite filtrée. Le tourteau ressort sous forme de pâte qui ...
3-Les graines chauffées sont envoyées dans une presse à triturer qui permet d’extraire l’huile qui sera ensuite filtrée. Le tourteau ressort sous forme de pâte qui passe. Il est ensuite dirigé dans un refroidisseur. © D. Poilvet

 

 

 
4-Le tourteau de soja est stocké à plat à une humidité de 4%, avant d’être envoyé vers les usines d’aliment du bétail de la région.
4-Le tourteau de soja est stocké à plat à une humidité de 4%, avant d’être envoyé vers les usines d’aliment du bétail de la région. © D. Poilvet

 

 

 
même légende que la 4
même légende que la 4 © D. Poilvet

 

Les plus lus

, avec Anita et Sylvain Lohier, avec Christophe Hue, technicien bâtiment Eureden (à gauche). "Ces investissements vont permettre d’augmenter l'autonomie de l'élevage en ...
« Avec notre nouveau bâtiment d’engraissement et son silo tour, nous renforçons l’autonomie de notre élevage de porcs »

Anita et Sylvain Lohier ont investi dans un bâtiment pour engraisser tous les porcelets issus de leur atelier naissage. Une…

Thierry Dauger, Mathieu Pouteix (au centre), avec  Philippe Chanteloube, directeur de Cirhyo. « Le choix de l’agrandissement assure un système durable dans le temps. »
« Nous avons rénové et agrandi notre atelier porcin pour anticiper l’avenir »

Dans la Creuse, les associés du Gaec Le Breuil ont investi dans la rénovation et l’agrandissement de leur atelier porcin afin…

porcs bio sur paille
Porc mâle entier : comment minimiser le risque d'odeurs en engraissement sur paille?

Le projet Farinelli établit des recommandations pour l’élevage de porcs mâles entiers en bâtiments alternatifs afin de…

(archives)
Installations en élevage : Le porc attire toujours des jeunes

Les statistiques publiées par la Mutualité sociale agricole (MSA) pour l’année 2022 révèlent une stabilité des installations d…

Les porcelets préfèrent la luzerne à un matériau manipulable
La luzerne limite la caudophagie chez les porcelets

La distribution d’une balle de luzerne déshydratée dans un râtelier à des porcelets en post-sevrage est un moyen efficace pour…

réglage de la ventilation dans un bâtiment porc
Moins d’ammoniac dans des salles d’engraissement de porc avec une température plus froide

Une étude, menée par l’Ifip, montre que réduire la température ambiante à 16 ou 18 °C permet de baisser les émissions d’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)