Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

UIPP
Pesticides - L'industrie phytosanitaire provoque le débat entre agriculteurs et écologistes

L'UIPP (Union pour la protection des plantes) ne se cache pas et veut "visiblement" débattre sur l'usage des produits phytosanitaires. Plusieurs rencontres sont programmées en France. L'une d'elles s'est déroulée au centre des congrès de Caen. Deux représentants du monde agricole et une élue régionale écologiste étaient réunis le 29 novembre en Normandie, dans le cadre du Siècle vert, l'opération de communication imaginée par l’industrie phytosanitaire. « Pesticides, vraiment utiles ? », telle était la question posée. Pour y répondre, les trois intervenants ont porté leur regard bien au-delà de la rampe du pulvérisateur.

© Marie-Annick Carré

L’industrie phytosanitaires est en proie à de vives critiques, mais peu sont prêts à se déplacer pour participer au débat. C’est ce que l’on a pu observer à Caen ces 28, 29 et 30 novembre. Le Siècle vert, opération de communication organisée par l’UIPP, l’Union des Industries de la Protection des Plantes, n’a pas attiré les foules. Professionnels, scolaires, étudiants et grand public étaient invités à venir participer aux échanges et répondre à la question : « Pesticides, vraiment utiles ? ».

Pendant trois jours, un plateau TV mis en place par La Chaîne normande a permis d’enregistrer différents témoignages. Le 29 novembre, un débat était organisé en présence de trois invités :

  • Caroline Amiel – Conseillère régionale Normandie Ecologie – EELV
  • Alexandre Quillet – Agriculteur à Gamaches-en-Vexin dans l'Eure et président de l’ITB (Institut technique de la betterave)
  • Arnold Puech d’Alissac – Agriculteur et président de la FRSEA (Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles) de Normandie

 

Deux hommes face à une femme. Au milieu, un journaliste médiateur et animateur.

Alexandre Quillet revendique pour son métier de pouvoir utiliser les produits phytosanitaires. C’est un peu comme l’eau de Javel, explique-t-il, il y a des « choses utiles à comprendre pour pouvoir bien les utiliser » mais il en a besoin pour ses cultures. C’est ce qu’il veut faire comprendre et il déplore les procès faits à la profession.

Pour Caroline Amiel « il n’y a pas de procès ». Et de préciser dès le début du débat : « je ne veux pas qu’on parle d’agribashing ». Pour elle, c’est clair : « on ne veut plus de ces produits-là ».

 

Le décor est posé et l’on sent qu’il sera difficile de rapprocher les deux bords.

 

Arnold Puech d’Alissac se lance sur le chemin sensible du glyphosate et parle du protocole mis en place avec 38 agriculteurs pour expérimenter ce que représente une sortie de ce désherbant. Il parle aussi des « pisseurs volontaires » et des analyses menées par les associations écologiques dont les résultats diffèrent des tests « beaucoup plus fiables faits par les agriculteurs ». Pour lui, il s’agit d’une opération de lobbying. Et de lancer sous forme de boutade : « S’il y avait un test de l’honnêteté intellectuelle dans les urines, je ne suis pas sûr qu’on en trouverait chez Yannick Jadot ».

Caroline Amiel riposte et défend pour sa part les Faucheurs volontaires de l’Ariège qui ont lancé la vague de recherche des pesticides dans les urines. « Si nous n’avons pas d’OGM en France, c’est grâce à ces faucheurs », lance-t-elle.

Décidément, difficile de trouver un terrain d’entente. Alors que Caroline Amiel milite pour « un autre type d’agriculture qui ne nous mette pas en danger », Alexandre Quillet veut faire passer le message que les pesticides contribuent à fournir une « alimentation de qualité, sûre et en quantité suffisante ». Il pose la question : « Si on mettait 100% de bio demain, est-ce que l’équilibre économique durerait pour les agriculteurs ? Je pense que le marché s’écroulerait. »

Arnold Puech d’Alissac enfonce le clou : « heureusement que nous avons des pesticides, même en agriculture biologique ». Et de rappeler l’intérêt du sulfate de cuivre et de l’historique bouillie bordelaise. « 25 % de nos pesticides sont autorisés en bio », rappelle-t-il encore.

On parle de santé, de risques de cancer, d’une étude épidémiologique AgriCan (agriculture et cancer) menée par la MSA (Mutualité sociale agricole) sur 180 000 personnes. Les représentants de la profession agricole rappellent que certaines molécules sont retirées du marché, au profit parfois de molécules moins efficaces. La représentante écologiste parle de « maladies professionnelles reconnues ». Une heure et demi de débat ne suffira pas pour faire toute la lumière.

Les produits phytosanitaires en lien avec la mondialisation

On parle de prix, de concurrence et de marché mondial aussi. Le président de la FRSEA assure qu’il y a un rapport de 1 à 3 entre les rendements en bio et en conventionnel. Pour les grandes cultures, le bio représente moins de 5 % du marché en France. Mais « il n’y a pas de demande de céréales bio à l’export », observe Arnold Puech d’Alissac. « Le défi démographique » ne permet pas de « perdre beaucoup en volume ». Pour lui « le but, c’est d’assurer une récolte et qu’il n’y ait pas de résidus dans l’assiette du consommateur ».

Caroline Amiel, de son côté s’interroge : « c’est quoi les avantages de la mondialisation ? Est-ce que ce n’est pas ça qu’il faut remettre en cause ? » Elle en est persuadée : « l’agroécologie peut nourrir la planète ».

Le débat l’a bien fait comprendre, la question des pesticides ne s’arrête pas au bout du champ.  Les trois intervenants s’accordent sur un point : il faut adapter nos productions au dérèglement climatique.

Pour Caroline Amiel, « changer le système » peut avoir un « pouvoir vertueux ». La solution, c’est l’agroécologie. « C’est compliqué quand on a construit tout un système sur les pesticides », reconnaît-elle. Pour elle, le changement peut peut-être s’opérer au moment de la transmission et les écoles d'agriculture peuvent l'enseigner.

Alexandre Quillet défend pour sa part l’idée qu’il est déjà dans une démarche de diminution de l’utilisation des produits phytosanitaires. Il ne se considère pas comme un « pollueur ». Il parle du « contrat de solutions » mis en place par 43 partenaires du monde agricole. Pour aller dans ce sens, il compte aussi sur la génétique. Pour lui, il faut faire « place à la science et qu’on puisse l’écouter ».

Arnold Puech d’Alissac estime lui aussi que les professionnels de l’agriculture sont « engagés dans la transition ». Ensuite, « c’est un problème de tarif » avance-t-il, « il faut que ça s’adapte au niveau de la consommation ». Mais une chose est certaine « les agriculteurs ont envie d’être en phase avec la société ».

 

Les vidéos de ces trois jours sont à retrouver sur Twitter @sieclevert

 

 

 

Après Caen, le Siècle vert s'installe pour 3 jours à Saint-Quentin dans l'Aisne.

 

 

Lire aussi Pesticides : « le consommateur décide »   mais « les messages sont discordants  » selon Eugenia Pommaret

Les plus lus

La séparation de la vente et du conseil de produits phytopharmaceutiques entrera en vigueur le 1er janvier 2021
Le 1er janvier 2021, la vente et le conseil de produits phytosanitaires seront deux activités distinctes qui ne…
Grimme et Ropa - Des caméras intelligentes sur les machines de récolte
Machinisme
L’écran MultiTouch de Ropa et SmartView de Grimme facilitent la récolte des betteraves et pommes de terre.
Vignette
Arrêtés anti-pesticide : à Langouët, la coordination rurale fait couler les eaux de la discorde
La commune de Langouêt revient dans les médias. Après les ZNT, il est question de qualité des eaux en sortie de station d’…
[VIDEO] Exosquelette et agriculture : si vous deveniez un Terminator de la salle de traite ?
L’exosquelette a d’abord été testé dans l’industrie. Puis le Japon a développé le concept, dans des fermes et notamment les…
Rostselmash - Visibilité augmentée de nuit
Machinisme
Rostselmash présente un système de vision augmentée.
Väderstad - Grande envergure pour la herse NZ Extreme
Machinisme
La nouvelle herse NZ Extreme de Väderstad mesure jusqu’à 14,25 m de large.
Publicité