Aller au contenu principal

Les prestations de A à Z se développent là où les installations baissent

. Poitou-Charentes, Centre, Haute-Normandie, Champagne-Ardenne et Midi-Pyrénées pour certaines parties… Voilà les zones où les prestations de A à Z sont les plus développées. C’est ce que montre l’étude réalisée par Geneviève NGuyen et François Purseigle, enseignants-chercheurs à l’INP-Ensat (école d’ingénieurs agronome de Toulouse), dans le cadre du programme Agrifirme financé par l’ANR (Agence nationale de recherche).

. « Ce sont les régions où les jeunes s’installent le moins, là où la transmission et la reprise sont incertaines », analyse Geneviève NGuyen. Autrement dit, les ETA (Entreprises de travaux agricoles) suppléent au manque d’installation. « C’est une nouveauté, car traditionnellement, ces entreprises sont là pour accompagner le développement des exploitations en place, pour pallier des insuffisances en matériel ou en main-d’œuvre », observe la chercheuse.

. Ce sont également des zones où les formes sociétaires d’exploitation se multiplient. Et dans la partie sud, le faible développement du fermage a aussi un rôle : « Le 'A à Z' paraît plus accentué dans ces zones où il y a une tradition de propriété foncière, les contrats de fermage étant considérés comme trop contraignants pour le propriétaire ou pour l’agriculteur partant à la retraite qui n’a pas de repreneur immédiat mais espère une reprise familiale. » Le Gers en est un bon exemple : ce « petit » département agricole ne compte pas loin de 200 ETA…

(1) Exploitations en céréales et oléoprotéagineux ayant un produit brut standard supérieur à 5000 euros.
Carte réalisée par B. Legagneux et O. Pauly à partir des données du recensement de 2010 dans le cadre du projet Agrifirme.

Le statut d’exploitant en question

Peut-on perdre le statut d’exploitant si l’on fait gérer sa ferme par un tiers ? Non… a priori. En tant que propriétaire, il est possible de faire appel à un prestataire de services pour exécuter des tâches. Mais le contrat ne doit pas comporter le mot « délégation » qui peut sous-entendre que le chef d’exploitation en titre ne décide plus lui-même sur sa ferme. Le risque serait alors de voir le contrat requalifié éventuellement en contrat de location déguisé. Certains exploitants locataires de leurs terres ont recours également à ce type de prestations… avec le risque que le propriétaire révise le bail. Pour l’instant, la Loi d’avenir, qui a créé un registre des actifs agricoles, ou la nouvelle PAC, qui établit une liste négative d’activités ne donnant pas accés aux aides, n’exclut pas du système des aides les exploitants qui ont recours à ce type de service. Mais la législation peut évoluer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures