Aller au contenu principal

Filière brassicole
La malterie européenne en crise de surcapacité

Sur tous les continents, le marché du malt évolue selon un schéma qui piège la malterie européenne dans un effet de ciseau. Ces capacités ont trop fortement augmenté face à une demande export en repli généralisé.


Aux malteries franco-suisses d´Issoudun dans l´Indre, cuves de trempage puis tours de germination et de touraillage (séchage) se remplissent et se vident de lots d´orge sans discontinuer. Au total, pas loin de 200 000 tonnes d´orge brassicole par an qui, après neuf à dix jours, se seront transformées en 150 000 tonnes de malt. La malterie d´Issoudun, qui a vu ses capacités doubler depuis son rachat par le groupe coopératif Épis-Centre en 1993, fait aujourd´hui partie du groupe européen Boortmalt. Le rapprochement remonte à la fin de la campagne 2003-2004, date à laquelle Épis-Centre est entré majoritairement au capital de Boortmalt, joignant sa filiale malterie franco-suisse aux installations de cette société belge. L´ensemble représente une capacité de production de 500 000 tonnes de malt, en Belgique, en France en Croatie et en Chine.
Son développement témoigne d´une décennie globalement faste qui vient de prendre fin assez brutalement. Ce cycle de développement trouvait sa source dans l´émergence d´une forte demande de malt à l´Est depuis la chute du mur de Berlin et dans la croissance mondiale de la consommation de bière (2 % en moyenne), tirée par l´Asie.
Boortmalt est représentatif de la malterie européenne et notamment française. Elle vend l´essentiel de sa production sur pays tiers.
©E. Baratte

Bouleversement spectaculaire en Russie
« Le marché communautaire représente 14 % de nos ventes, le reste de l´Europe 16 %, l´Amérique centrale et du Sud 30 %, l´Asie 22 % et l´Afrique 18 % », indique Philippe Lehrmann, directeur commercial. « L´industrie de la malterie a construit son développement sur les marchés exports. Elle est de fait très sensible aux mutations du marché », poursuit-il.
Sur tous les continents, le marché du malt évolue selon un schéma qui piège la malterie européenne dans un effet de ciseau. Alors que ses capacités ont augmenté de près d´1,3 million de tonnes de 2000 à 2004, avec des mises en chantier il y a encore deux ans seulement en France, Allemagne, Belgique et Pays-Bas, la demande à l´exportation s´est contractée très sensiblement. « De plus en plus, le malt est produit localement avec pour conséquence la baisse sensible ou la disparition de certaines destinations. Les marchés sont dynamiques en brasserie mais la demande supplémentaire de malt ne s´approvisionne pas en Europe », résume Daniel Huvet, directeur général international de Malteurop, numéro trois mondial.

« Pour la Russie, c´est réglé. Au Brésil, la baisse est rapide. En Amérique centrale, des destinations comme le Venezuela représentent des volumes importants. Mais il ne faut pas négliger l´influence des entités régionales de libre échange comme le Mercosur qui structurent les flux selon des logiques régionales », poursuit-il de concert avec Alain Le Floch, directeur de Malteurop.
Le bouleversement le plus spectaculaire s´est produit en Russie où se sont ouvertes « 800 000 tonnes de capacité entre 2003 et 2005 », indique une note d´Euromalt.

Fermetures en Angleterre et en Allemagne
Outre la disparition d´un débouché massif, celles-ci promettent très probablement l´avènement d´un nouveau concurrent sur les marchés. Il y a seulement trois ans, les exportations de l´UE vers la Russie culminaient à 500 000 tonnes.
En Asie, la croissance chinoise est dynamique. Mais, en maintenant des droits de douane élevés sur le malt et faibles sur l´orge, les Chinois ont choisi de malter eux-mêmes des orges d´importation, surtout australiennes par proximité logistique mais aussi françaises et canadiennes. La part de marché du malt européen vers le Japon, traditionnel gros importateur s´érode inexorablement. De près de 345 000 tonnes en 1999, elle a chuté à 263 000 en 2004, selon les statistiques des malteurs de France.
Autre exemple emblématique de la recomposition actuelle du marché, l´Allemagne, plaque tournante traditionnelle des malts communautaires, importe beaucoup moins. « Elle reste jusqu´ici le troisième marché dans le monde, rappelle Philippe Lehrmann. Mais perdant des débouchés à l´Est, la malterie allemande en pleine restructuration se recentre pour alimenter son propre marché. »

Parallèlement, s´ajoutent l´essoufflement de la consommation de bière en Europe et une vague de grandes concentrations chez les brasseurs. L´industrie de la malterie - dont les groupes leader comme Soufflet, Malteurop, Cargill ou Boortmalt ont pourtant une taille mondiale - apparaît désormais atomisée face à des géants internationaux. Les achats de malt deviennent très centralisés exerçant une forte pression sur les prix. « La seule réaction des malteurs a été d´anticiper le déséquilibre offre/demande par une baisse des marges dès les contrats exécutés début 2005 ; la tendance se poursuivant sur 2006. Les marges ne couvrent plus la totalité des frais variables, charges fixes et amortissements », commente Épis-Centre dans son dernier rapport annuel.
Fatale dans un tel contexte, la restructuration de la malterie a commencé en Europe. « Les Anglais ont déjà fermé plus de 150 000 tonnes, 80 000 à 100 000 tonnes devraient suivre cette année, indique Philippe Lehrmann. En Allemagne où il reste encore plus de 60 entreprises, les fermetures portent sur 150 000 tonnes et on s´attend à 100 000 tonnes supplémentaires en 2006 », complète-t-il.

« Mais les surcapacités restent d´au moins 500 000 à 600 000 tonnes en Europe. Il y aura de nouvelles fermetures en 2006 qui devraient concerner de vieilles unités et celles qui sont mal situées par rapport aux rayons d´exportations », estiment Daniel Huvet et Alain Le Floch chez Malteurop. Pour l´heure, en France, seule l´unité Malteurop de Reims (92 000 tonnes) a fermé en 2005. Elle fait suite à l´ouverture de l´unité de 235 000 tonnes à Vitry-le-François.

Chiffres clés
Le marché du malt en millions de tonnes
Capacité de production mondiale : 21,6.
Échanges mondiaux : 4,3.
Production UE : 8,75.
Part européenne à l´exportation : 2,1 avec un maximum à 2,5 en 2004.
Production française : 1,4.
Export français : 1,28.

Source : Malteurs de France.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
En agriculture de conservation des sols et en semis direct, le glyphosate pourrait être autorisé avec une limitation de dose. © Arvalis
Glyphosate : vers une interdiction en labour et maintien à dose réduite en non-labour
Selon les usages, la molécule devrait être interdite ou autorisée avec de fortes réductions des doses. L’agriculture de…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures