Aller au contenu principal

Filière blé Mc Do : la contractualisation contre la volatilité

Deux cents euros la tonne (€/t) : c’est le prix auquel Mc Donald’s France va payer son blé aux organismes stockeurs avec lesquels il travaille. Et ce, dans le cadre d’un contrat pluriannuel, valable pour les récoltes 2017-2018. Ce prix se décompose en une base de 185 €/t et une prime de 15 €/t (contre 7 €/t dans les précédents contrats) pour le respect de bonnes pratiques agro-environnementales (réduction de la fertilisation, utilisation d’outils d’aide à la décision, présence obligatoire de légumineuses et de Cipan dans la rotation…), de mesures pour la biodiversité et de réductions d’indicateurs (IFT et gaz à effet de serre). Pionnière de la contractualisation, la chaîne de fast-food avait signé son premier contrat pluriannuel avec la filière blé en 2012. Un accord renouvelé en 2014 pour les campagnes 2015 et 2016, et une nouvelle fois le 1er mars 2016, lors du Salon international de l’agriculture. Les coopératives Valfrance, France Gâtinais Céréales et Axéréal, rejointes cette année par la Scael et Bonneval Beauce et Perche, ont signé un accord portant sur 17 000 tonnes de blé et incluant la meunerie (Grands moulins de Paris) et East Balt, l’industriel qui produit les pains pour hamburgers. Une bonne solution pour s’affranchir de la fluctuation des marchés.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Chaulage : « j'ai économisé 4000 euros grâce à la mesure de résistivité de mes parcelles »
 Associé du Gaec de la voie lactée, Patrice Lièvre cultive 220 hectares à Vernoux-en-Gatine, dans les Deux-Sèvres. Tous les ans,…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Le mariage de titans entre InVivo et Soufflet pousserait à l'extrême la logique de restructuration à l’œuvre chez les OS. © N. Ouvrard / J. Nanteuil
[Edito] Fusion InVivo-Soufflet, un rapprochement symbolique à plus d'un titre

Pour les initiés, ce n’était pas un mystère : le groupe Soufflet cherchait un repreneur, à défaut de…

L'encadrement réglementaire des NBT est un enjeu de taille pour la filière semencière, qui plaide pour des règles plus souples que celles imposées aux OGM. © G. Omnès
Sélection variétale : comprendre les NBT en 5 questions
OGM cachés aux effets incertains pour les uns, accélérateur puissant de la sélection variétale pour les autres, les NBT divisent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures