Aller au contenu principal

Coûts et data freinent les développements de l'IA en agriculture

Les entreprises spécialisées dans l'intelligence artificielle s'intéressent encore modérément au marché agricole, compte tenu de sa petite taille.

Les images issues de Sentinel 2 utilisées en agriculture sont très difficiles à qualifier.
© ESA/ATG Medialab

« Contrairement à la domotique ou à la médecine, par exemple, le marché agricole est tout petit. Et en plus, il est spécialisé par productions et par territoire », indique Samy Aït-Amar, de l’Acta. Besoins spécifiques et faibles valorisations possibles à la clé… autant dire que le marché agricole intéresse modérément les entreprises versées dans l’IA. Le secteur peut néanmoins profiter de technologies déjà développées ailleurs… sous réserve que les coûts d’adaptation restent raisonnables. Samy Aït-Amar en a fait l’expérience dans un projet mené avec l’ITB (Institut technique de la betterave) : « nous avions trouvé une start-up américaine ayant développé un capteur susceptible d’éviter le pourrissement des tas de betteraves, expose-t-il. Le produit était vraiment intéressant, mais le chiffre d’affaires envisagé, calculé sur les surfaces de betteraves potentiellement cultivées en France, a tout de suite bloqué le projet ». Résultat, même si l’appétence du secteur est forte, ces nouvelles technologies se développent lentement.

Le stock de data « annotées » insuffisant

D’autant plus que les start-up ou les entreprises qui se lancent se heurtent vite au problème des data. D’une part, elles sont rares. « Pour une parcelle donnée, il n’y a par exemple qu’une donnée de rendement ou qu’un stade de floraison par an », observe Théophile Loyer, chez Cybele Tech. D’autre part, les données disponibles, en particulier les images, ne sont pas « annotées ». Savoir à grande échelle à quoi correspond une tache d’un vert plus clair sur une image satellite (carence en azote, problème au semis…) est extrêmement difficile. « C’est le lot commun dans beaucoup de domaines », remarque cependant Alexandre Termier, chercheur à l’Inria (Institut de recherche en numérique et automatique). Reste qu’en agriculture, de très nombreux paramètres sont à prendre en compte pour réussir l’exercice. Un certain nombre de start-up comme Cropx (israélienne) ou Onesoil (biélorusse) s’y essaient tout de même. Comment ? En fournissant aux agriculteurs des cartes de modulation de leur fertilisation voire de leur irrigation, construites à l’aide des données des capteurs qu’elles leur ont vendus. En couplant ces informations aux images satellites, elles parviennent à qualifier les images. Une bonne façon de se préparer à la prédiction de rendement à l’échelle mondiale…

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures