Aller au contenu principal

Changement climatique : « Il sera indispensable de réduire la dépendance à l’eau » des cultures

L'accès à l'eau sera de plus en plus contraint dans les années à venir, tandis que les besoins des plantes augmenteront sous l'effet de la hausse des températures. L'irrigation ne pourra pas répondre seule à l'enjeu de l'eau, préviennent les experts.

Décaler l'utilisation de l'eau de l'été vers le printemps est l'une des pistes pour composer avec un accès à l'eau de plus en plus contraint pendant l'été. © Gutner archive
Décaler l'utilisation de l'eau de l'été vers le printemps est l'une des pistes pour composer avec un accès à l'eau de plus en plus contraint pendant l'été.
© Gutner archive

Tous les experts s’accordent sur un point : l’accès à l’eau sera de plus en plus contraint dans les années à venir, quels que soient les arbitrages politiques sur la création de retenues. « Des questions sur l’eau émergent presque partout, constate Bertrand Dufresnoy, de la chambre d’agriculture de la Haute-Marne. On s’interroge sur comment récupérer l’eau et comment l’utiliser, y compris dans des régions où l’irrigation était totalement absente, comme la Haute-Marne. »

L’irrigation sera-t-elle la réponse à l’enjeu de l’eau ? « On ne peut ignorer cette piste, mais sans oublier que ce qui peut fonctionner pour une exploitation n’est pas généralisable à toutes, et que seule une partie de la SAU française sera irriguée », tempère Frédéric Levrault, chef de file sur les questions climatiques pour le réseau des chambres d’agriculture.

Des gains d'efficacité de l'irrigation avalés par les besoins croissants des plantes

Nicolas Métayer, en charge d’AgriAdapt chez Solagro, va plus loin. « Il sera indispensable de réduire la dépendance à l’eau, affirme l’agronome. On pourra optimiser l’efficacité de l’irrigation avec du pilotage et du renouvellement de matériel, mais cela dégagera dans le meilleur des cas un gain d’environ 20 %. Or c’est l’ordre de grandeur de la demande supplémentaire qui sera générée du fait de l’augmentation des températures et de l’évapotranspiration. »

Les projections climatiques indiquent que les à-secs seront plus importants et que la disponibilité de l’eau sera sérieusement chamboulée l’été. Pour Nicolas Métayer, « il faudra donc utiliser moins d’eau en période estivale, par exemple avec des maïs du type dry. Ce volume économisé l’été permettra de lutter contre le déficit d’un blé au printemps, à une période où l’on sera moins exposé aux restrictions d’usage. Si l’on veut utiliser tous les volumes d’eau l’été, on ira dans le mur. »

La pérennité des certaines filières menacée

L’enjeu de l’eau interroge sur la pérennité de certaines filières, comme celle du maïs dans le Sud-Ouest. Selon certains observateurs, les mesures d’adaptation telles que l’accompagnement de la construction de stockages d’eau, l’avancement des dates de semis ou l’utilisation de variétés plus efficientes pourraient desserrer l’étreinte quelques années seulement. Il n’est pas certain que cela suffira lorsque les conditions continueront de se durcir.

Les plus lus

Mention " archives " obligatoire / discussion technique entre agricultrice et technicien / itinéraires culturaux et utilisation des produits phytosanitaires / marges / ...
Conseil stratégique phytosanitaire : le dispositif définitivement abandonné dans sa forme actuelle

Parmi les mesures prises par le gouvernement Attal pour répondre à la colère des agriculteurs figure la suppression du conseil…

septembre 2021, plaine de Versailles. Couvert d'interculture, mélange multiespèce
Jachère 2024 et PAC : questions/réponses pour ne pas se faire avoir

La réglementation de la PAC concernant les infrastructures agroécologiques ne s'appliquera pas en 2024. L'implantation de…

Moisson dans l' Indre près d' Issoudun le 8 juillet 2022. Agriculteur et sa fille dans une parcelle de blé
Fermage : comment sécuriser la transmission des baux hors cadre familial ?

Sans repreneur familial, la cession du foncier loué peut s’avérer compliquée. Il existe des outils, qui dans l’idéal sont à…

Culture intermédiaire fixatrice d’azote
Jachère 2024 : la dérogation et ses nouvelles conditions publiées par Bruxelles

La Commission européenne a tranché et publie ce jour un règlement accordant aux agriculteurs européens une exemption partielle…

Parcelle agricole en jachère
Jachère : Bruxelles propose une nouvelle dérogation pour 2024

La Commission européenne propose une nouvelle dérogation pour la jachère 2024, à la demande notamment de la France.

Famille agricole, père avec sa fille et ses petits-enfants dans une parcelle agricole
Transmission d’exploitation agricole : quelles sont les options pour le foncier en propriété ?
Être propriétaire des terres que l’on exploite permet de mieux maîtriser le foncier lors de la transmission. Une réflexion reste…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures