Aller au contenu principal

Changement climatique : « Il sera indispensable de réduire la dépendance à l’eau » des cultures

L'accès à l'eau sera de plus en plus contraint dans les années à venir, tandis que les besoins des plantes augmenteront sous l'effet de la hausse des températures. L'irrigation ne pourra pas répondre seule à l'enjeu de l'eau, préviennent les experts.

Décaler l'utilisation de l'eau de l'été vers le printemps est l'une des pistes pour composer avec un accès à l'eau de plus en plus contraint pendant l'été. © Gutner archive
Décaler l'utilisation de l'eau de l'été vers le printemps est l'une des pistes pour composer avec un accès à l'eau de plus en plus contraint pendant l'été.
© Gutner archive

Tous les experts s’accordent sur un point : l’accès à l’eau sera de plus en plus contraint dans les années à venir, quels que soient les arbitrages politiques sur la création de retenues. « Des questions sur l’eau émergent presque partout, constate Bertrand Dufresnoy, de la chambre d’agriculture de la Haute-Marne. On s’interroge sur comment récupérer l’eau et comment l’utiliser, y compris dans des régions où l’irrigation était totalement absente, comme la Haute-Marne. »

L’irrigation sera-t-elle la réponse à l’enjeu de l’eau ? « On ne peut ignorer cette piste, mais sans oublier que ce qui peut fonctionner pour une exploitation n’est pas généralisable à toutes, et que seule une partie de la SAU française sera irriguée », tempère Frédéric Levrault, chef de file sur les questions climatiques pour le réseau des chambres d’agriculture.

Des gains d'efficacité de l'irrigation avalés par les besoins croissants des plantes

Nicolas Métayer, en charge d’AgriAdapt chez Solagro, va plus loin. « Il sera indispensable de réduire la dépendance à l’eau, affirme l’agronome. On pourra optimiser l’efficacité de l’irrigation avec du pilotage et du renouvellement de matériel, mais cela dégagera dans le meilleur des cas un gain d’environ 20 %. Or c’est l’ordre de grandeur de la demande supplémentaire qui sera générée du fait de l’augmentation des températures et de l’évapotranspiration. »

Les projections climatiques indiquent que les à-secs seront plus importants et que la disponibilité de l’eau sera sérieusement chamboulée l’été. Pour Nicolas Métayer, « il faudra donc utiliser moins d’eau en période estivale, par exemple avec des maïs du type dry. Ce volume économisé l’été permettra de lutter contre le déficit d’un blé au printemps, à une période où l’on sera moins exposé aux restrictions d’usage. Si l’on veut utiliser tous les volumes d’eau l’été, on ira dans le mur. »

La pérennité des certaines filières menacée

L’enjeu de l’eau interroge sur la pérennité de certaines filières, comme celle du maïs dans le Sud-Ouest. Selon certains observateurs, les mesures d’adaptation telles que l’accompagnement de la construction de stockages d’eau, l’avancement des dates de semis ou l’utilisation de variétés plus efficientes pourraient desserrer l’étreinte quelques années seulement. Il n’est pas certain que cela suffira lorsque les conditions continueront de se durcir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures